22-23 août Grand-Maison



  • A la base j'étais plutôt parti pour un Monteynard, classique, valeur sûre.
    Mais vers 9h, message de Benoît Billet qui voudrait tenter Grand-Maison avec Marc.
    Vent Sud annoncé, jour de chaleur, grand beau, les conditions favorables, donc c'est d'accord, on y va !!!
    J'envoie un sms à Francis mais qui aura choisi une option différente, la "valeur sûre" en l'occurence.

    J'arrive le premier à Grand-Maison vers 11h30.
    En route, pas une feuille ne bougeait et cela jusqu'au Rivier d'Allemont mais en arrivant au barrage, les arbres sont agités par un vent Sud et je pense que c'est plutôt du vent météo car à cette heure et sans aucune activité en vallée, ça a peu de chances d'être du thermique.

    Une fois garé au parking côté Nord du lac, le vent est vraiment bien installé, disons un bon 15 knds hyper régulier, les moutons sont bien répartis sur le lac, les conditions sont top du top.
    Je vois de suite que le lac est bien plus haut qu'en juin, au moins 3m de plus et donc tout est changé sur les berges, notamment la mise à l'eau qui sera plus difficile encore.

    Bon, qu'est-ce que je dois faire ?
    M'équiper et démarrer la session tout seul avec ces conditions parfaites ?
    Ce ne serait pas très sympa pour les copains qui vont arriver et qui comptent un peu sur moi pour leur indiquer les éléments de la session ici.
    Et puis je m'aperçois que je n'ai pas pris ma combi sèche, en touchant l'eau je vois qu'elle est plus froide qu'en juin quand on était venus avec Francis, donc si je kite dès maintenant je vais devoir arrêter la session vers 14h, frigorifié, et forcément manquer les belles lumières du soir que l'on connaît sur ce spot.
    Donc, je choisis d'attendre les copains et de me promener un peu tout autour des alentours en faisant quelques photos d'ambiance.
    Le vent va monter jusqu'à près de 20 knds et je me dis que tout à l'heure je préparerai la 8m quand ils vont arriver.

    Ils ont un poil de retard et les voilà qui débarquent vers 13h30.
    Super, on évalue les conditions et on se prépare à s'équiper puis décoller.
    Le vent a un peu baissé mais reste vraiment nickel.
    Comme ça risque d'être trop galère tout au bord avec trop de rochers, on décide de préparer les voiles et de décoller depuis un champ qui est un peu en haut vers les parkings et ce ne sera pas si difficile de descendre à pied, voile au zénith, vers la berge et les foils posés au bord.
    Je suis prêt le premier, Marc m'aide à décoller ma 12m.
    En descendant à pied, je sens tout de suite que le vent a encore baissé… et en regardant le plan d'eau en amont vers le barrage, je le trouve très très lisse...
    Je prends mon foil une fois arrivé sur la berge, je pars dans l'eau, mais dès que je tente de démarrer, la voile ne tracte quasiment plus du tout, impossible de me lever sur la board...
    Je pense que les pauvres touristes qui espéraient passer un après-midi tranquille en montagne ont dû m'entendre gueuler au moins jusqu'au col de la Croix de Fer.
    Car ça fait 3h que le vent est au top, il l'était encore quand on a gonflé les voiles, encore quand je suis descendu à pied vers la berge et là, à la minute où je tente de partir, fini, plus de vent.
    Alors qu'il est 14h30 et qu'il devrait être à son meilleur, c'est à dire vent météo Sud plus thermique.

    Bon, je dois revenir sur la berge, ma voile a fini par tomber dans l'eau car même en pleine fenêtre, elle ne volait plus et voilà.

    C'est la grande inquiétude pour Marc et Benoît qui décident d'attendre un peu.

    Le vent est là, très très léger et parfois même encourageant en "montant" un poil.

    Il y a un effet spécial "haute montagne" qui fait que malgré un ressenti de vent autour de 8-10 knds, il ne tracte pas comme en plaine et en fait la voile n'a même pas la puissance qu'elle aurait dans 2 knds.

    En voyant un cycle de vent plus fort arriver, beau plan d'eau, vent meilleur dans la voile, je décide de re-tenter le coup.
    Ah, ouf, super, cette fois ça marche et me voilà parti.
    Marc et Benoît prennent des photos et on les verra dans leur participation au post d'ici peu.
    Le vent est extrêmement light mais je tire une dizaine de bords avec le foil même si je ne remonte pas tellement au vent et puis paf ça recommence, monsieur le vent redescend de 2 ou 3 knds et voilà, la voile tombe à l'eau au milieu du lac...

    Je nage vers la rive opposée, pose le foil sur le bord dans les pierriers et j'attends que le vent revienne, voile dans l'eau, prête à redécoller au cas où.
    Pas manqué, le vent revient et me voilà reparti.
    Encore une dizaine de bords et re-chute du vent, re-voile dans l'eau, retour à la berge au point de décollage.

    Cette fois, j'en ai marre. J'ai pris un bon coup au moral.
    Je plie les lignes et décide d'attendre que le vent s'établisse solidement avant de repartir, même si il se remet en route je vais rester méfiant, y a assez de ces galères.
    Fini les tentatives de fusible pour voir ce que ça donne.

    Le vent va remonter et devenir sympa mais je ne me laisse pas influencer.
    Du coup, Benoît décolle sa 11m R1 et Marc sa 12m.
    Benoît est le premier à filer et le voilà qui remonte assez haut sur le lac, je me dis que là où il est il ne risque plus rien, là-haut le vent semble tout le temps meilleur, comme disait Francis "il souffle là-haut mais ne vient pas jusqu'à notre point de décollage" et ça se confirme une fois de plus.

    Sauf que rapidement… la R1 de Benoît va tomber à l'eau.

    C'est à ce moment que Marc s'est engagé sur le lac pour son premier bord.

    Mais pareil que pour moi, il va faire dix bords et la voile va tomber à l'eau.
    Il sera obligé de revenir sur la berge de suite.

    Pendant ce temps notre Benoît qui est toujours au beau milieu du lac très loin de nous temporise une bonne vingtaine de minutes voile R1 dans l'eau au cas où le vent revienne et qu'il puisse repartir.
    Mais le vent ne reviendra pas, restera autour de 3-5 knds "haute montagne" et Benoît devra finir par plier la voile dans l'eau et rentrer à la nage depuis assez loin mine de rien.

    Entre temps Marc a tout plié.
    Il est 16h 30, on est hyper pessimistes.
    On range tout le matériel, on se rhabille chaudement, on fait sécher les combis sur l'étendage.
    Benoît est revenu vers nous après une longue nage.
    C'est sûr, on va tout plier et tant pis, c'est la vie.

    Donc voilà, on a tout plié, les voiles sont bien rangées dans leur sac, les foils démontés et rangés dans les voitures, il est 17h30, le soleil a baissé à l'horizon.
    Sauf Benoît, qui voulait tout plier comme nous mais qui doit sécher sa R1 en la faisant voler un moment dans les 3 knds de Sud. Du coup, lui il est encore en combi et son foil posé sur la berge.

    On reste près de lui pendant qu'il fait sécher sa voile en l'air entouré de touristes qui demandent comment ça marche quand au bout d'un moment on remarque que le vent est un peu monté.
    Hein, il est pas carrément monté là ? Demande Benoît.
    Si, carrément, y a même des moutons sur tout le plan d'eau.
    Et donc voilà notre Benoît qui décide de tenter le coup, il prend son foil, il s'élance sur l'eau et le voilà qui file comme une fusée et trace sur tout le lac.

    Avec Marc on hésite, il est tard, il faudrait tout remonter le matériel, gonfler les voiles, monter les foils, remettre les combis mouillées.
    Sans compter que si on fait ça, on en aura pour 15 minutes environ et là tu peux être sûr qu'une fois tout équipés, le vent va à nouveau s'arrêter, c'est certain.
    On hésite.
    Marc dit qu'il a assez kité hier à Monteynard et qu'il kitera demain ici avec un Sud qui est annoncé plus fort.
    Moi j'hésite encore quelques minutes, puis qui ne tente rien n'a rien, je me ré-équipe complètement en dix minutes chrono.
    Quand je redémarre, le vent re-baisse au moment où j'essaie de partir en foil.
    Ah non mais c'est pas possible.
    Nouvelle bordée de hurlements de rage envers ce p***** de vent de m****.
    Mais heureusement le vent va reprendre un peu et tout va bien se passer finalement, je rejoins Benoît tout en haut du lac pour deux heures de kite super extra dans des lumières du soir féériques.

    J'avais bien enregistré ma trace GPS de la première session, celle du sur-place et la voile trois fois tombée à l'eau.
    Mais là cette fois j'ai oublié de remettre ma montre GPS en me ré-équipant donc évidemment je n'ai pas ma trace pour ces deux heures de kite sur tout le lac.

    Benoît a mis son GPS en route et aura 65 km en 2h30.

    Voilà.
    On va poser vers 19h30 quand le soleil aura disparu.

    Pile pour l'apéro une fois tout le matériel rangé.
    Vraiment dommage pour Marc qui n'a pas pu profiter de ces super conditions inespérées.

    On s'éternise sur l'apéro.
    On fait la cuisine avec un super dîner vers 22h.


    On a halluciné sur cette image, car il y a une cascade qui se déverse dans le lac, mais son eau sans doute différente ne se mélange pas et reste visible sur des distances terribles, je crois qu'on le voit bien sur cette photo.

    Marc part chercher sa bouteille de blanc qu'il a mise au frais dans le ruisseau mais elle n'y est plus…
    Il la récupère chez les voisins qui l'avaient trouvée et pensaient qu'elle était abandonnée.

    Marc et Benoît font des photos de nuit avec les reflets sur le lac.
    J'en fais une, ici, mais qui n'est pas terrible, attendez de voir les leurs, elles déchirent.
    Vous voyez la lumière sur le côté droit de la photo, qui traverse la montagne noire, c'est une voiture et ses phares car le temps de pose de la photo était de 30 secondes et alors elle a eu le temps d'éclairer la route sur toute cette distance pour faire cet effet chanceux

    Une fois tous bien endormis dans nos camping-cars ou autre Boogly-mobile, on est réveillés dans la nuit par l'arrivée de la pluie...

    Pluie qui est là encore au matin vers 9h30.

    Petit dèj à la faveur d'une accalmie mais le ciel reste très noir.

    On décide un safari photos aux marmottes.
    Mais tout va y passer : chèvres, moutons, aigles, niverolles, hermine, touristes, pêcheurs, promeneurs en parapluie, fleurs, chardons, berger, bouddhiste qui fait du yoga sous la pluie, chiens, tube Citroën d'époque, papy en short avec des bottes, camping-car avec cheminée à feu de bois, etc… etc...

    Cette journée du dimanche va rester pluvieuse et on va lâcher l'affaire vers 17h30 pour prendre la route du retour un peu tristes.
    Dommage pour Marc qui n'aura donc pas pu profiter de ce super plan d'eau.

    Mais la saison d'été n'est pas terminée et on compte y retourner lors d'une belle journée ensoleillée avec gros vent de Sud annoncé.

    Des amateurs pour nous accompagner ?

    Ne manquez pas les photos de Benoît Billet et Marc Benoit sur leur page facebook respective, elles vont être super extra !!!



  • A la base j'étais plutôt parti pour un Monteynard, classique, valeur sûre.
    Mais vers 9h, message de Benoît Billet qui voudrait tenter Grand-Maison avec Marc.
    Vent Sud annoncé, jour de chaleur, grand beau, les conditions favorables, donc c'est d'accord, on y va !!!
    J'envoie un sms à Francis mais qui aura choisi une option différente, la "valeur sûre" en l'occurence.

    J'arrive le premier à Grand-Maison vers 11h30.
    En route, pas une feuille ne bougeait et cela jusqu'au Rivier d'Allemont mais en arrivant au barrage, les arbres sont agités par un vent Sud et je pense que c'est plutôt du vent météo car à cette heure et sans aucune activité en vallée, ça a peu de chances d'être du thermique.

    Une fois garé au parking côté Nord du lac, le vent est vraiment bien installé, disons un bon 15 knds hyper régulier, les moutons sont bien répartis sur le lac, les conditions sont top du top.
    Je vois de suite que le lac est bien plus haut qu'en juin, au moins 3m de plus et donc tout est changé sur les berges, notamment la mise à l'eau qui sera plus difficile encore.

    Bon, qu'est-ce que je dois faire ?
    M'équiper et démarrer la session tout seul avec ces conditions parfaites ?
    Ce ne serait pas très sympa pour les copains qui vont arriver et qui comptent un peu sur moi pour leur indiquer les éléments de la session ici.
    Et puis je m'aperçois que je n'ai pas pris ma combi sèche, en touchant l'eau je vois qu'elle est plus froide qu'en juin quand on était venus avec Francis, donc si je kite dès maintenant je vais devoir arrêter la session vers 14h, frigorifié, et forcément manquer les belles lumières du soir que l'on connaît sur ce spot.
    Donc, je choisis d'attendre les copains et de me promener un peu tout autour des alentours en faisant quelques photos d'ambiance.
    Le vent va monter jusqu'à près de 20 knds et je me dis que tout à l'heure je préparerai la 8m quand ils vont arriver.

    Ils ont un poil de retard et les voilà qui débarquent vers 13h30.
    Super, on évalue les conditions et on se prépare à s'équiper puis décoller.
    Le vent a un peu baissé mais reste vraiment nickel.
    Comme ça risque d'être trop galère tout au bord avec trop de rochers, on décide de préparer les voiles et de décoller depuis un champ qui est un peu en haut vers les parkings et ce ne sera pas si difficile de descendre à pied, voile au zénith, vers la berge et les foils posés au bord.
    Je suis prêt le premier, Marc m'aide à décoller ma 12m.
    En descendant à pied, je sens tout de suite que le vent a encore baissé… et en regardant le plan d'eau en amont vers le barrage, je le trouve très très lisse...
    Je prends mon foil une fois arrivé sur la berge, je pars dans l'eau, mais dès que je tente de démarrer, la voile ne tracte quasiment plus du tout, impossible de me lever sur la board...
    Je pense que les pauvres touristes qui espéraient passer un après-midi tranquille en montagne ont dû m'entendre gueuler au moins jusqu'au col de la Croix de Fer.
    Car ça fait 3h que le vent est au top, il l'était encore quand on a gonflé les voiles, encore quand je suis descendu à pied vers la berge et là, à la minute où je tente de partir, fini, plus de vent.
    Alors qu'il est 14h30 et qu'il devrait être à son meilleur, c'est à dire vent météo Sud plus thermique.

    Bon, je dois revenir sur la berge, ma voile a fini par tomber dans l'eau car même en pleine fenêtre, elle ne volait plus et voilà.

    C'est la grande inquiétude pour Marc et Benoît qui décident d'attendre un peu.

    Le vent est là, très très léger et parfois même encourageant en "montant" un poil.

    Il y a un effet spécial "haute montagne" qui fait que malgré un ressenti de vent autour de 8-10 knds, il ne tracte pas comme en plaine et en fait la voile n'a même pas la puissance qu'elle aurait dans 2 knds.

    En voyant un cycle de vent plus fort arriver, beau plan d'eau, vent meilleur dans la voile, je décide de re-tenter le coup.
    Ah, ouf, super, cette fois ça marche et me voilà parti.
    Marc et Benoît prennent des photos et on les verra dans leur participation au post d'ici peu.
    Le vent est extrêmement light mais je tire une dizaine de bords avec le foil même si je ne remonte pas tellement au vent et puis paf ça recommence, monsieur le vent redescend de 2 ou 3 knds et voilà, la voile tombe à l'eau au milieu du lac...

    Je nage vers la rive opposée, pose le foil sur le bord dans les pierriers et j'attends que le vent revienne, voile dans l'eau, prête à redécoller au cas où.
    Pas manqué, le vent revient et me voilà reparti.
    Encore une dizaine de bords et re-chute du vent, re-voile dans l'eau, retour à la berge au point de décollage.

    Cette fois, j'en ai marre. J'ai pris un bon coup au moral.
    Je plie les lignes et décide d'attendre que le vent s'établisse solidement avant de repartir, même si il se remet en route je vais rester méfiant, y a assez de ces galères.
    Fini les tentatives de fusible pour voir ce que ça donne.

    Le vent va remonter et devenir sympa mais je ne me laisse pas influencer.
    Du coup, Benoît décolle sa 11m R1 et Marc sa 12m.
    Benoît est le premier à filer et le voilà qui remonte assez haut sur le lac, je me dis que là où il est il ne risque plus rien, là-haut le vent semble tout le temps meilleur, comme disait Francis "il souffle là-haut mais ne vient pas jusqu'à notre point de décollage" et ça se confirme une fois de plus.

    Sauf que rapidement… la R1 de Benoît va tomber à l'eau.

    C'est à ce moment que Marc s'est engagé sur le lac pour son premier bord.

    Mais pareil que pour moi, il va faire dix bords et la voile va tomber à l'eau.
    Il sera obligé de revenir sur la berge de suite.

    Pendant ce temps notre Benoît qui est toujours au beau milieu du lac très loin de nous temporise une bonne vingtaine de minutes voile R1 dans l'eau au cas où le vent revienne et qu'il puisse repartir.
    Mais le vent ne reviendra pas, restera autour de 3-5 knds "haute montagne" et Benoît devra finir par plier la voile dans l'eau et rentrer à la nage depuis assez loin mine de rien.

    Entre temps Marc a tout plié.
    Il est 16h 30, on est hyper pessimistes.
    On range tout le matériel, on se rhabille chaudement, on fait sécher les combis sur l'étendage.
    Benoît est revenu vers nous après une longue nage.
    C'est sûr, on va tout plier et tant pis, c'est la vie.

    Donc voilà, on a tout plié, les voiles sont bien rangées dans leur sac, les foils démontés et rangés dans les voitures, il est 17h30, le soleil a baissé à l'horizon.
    Sauf Benoît, qui voulait tout plier comme nous mais qui doit sécher sa R1 en la faisant voler un moment dans les 3 knds de Sud. Du coup, lui il est encore en combi et son foil posé sur la berge.

    On reste près de lui pendant qu'il fait sécher sa voile en l'air entouré de touristes qui demandent comment ça marche quand au bout d'un moment on remarque que le vent est un peu monté.
    Hein, il est pas carrément monté là ? Demande Benoît.
    Si, carrément, y a même des moutons sur tout le plan d'eau.
    Et donc voilà notre Benoît qui décide de tenter le coup, il prend son foil, il s'élance sur l'eau et le voilà qui file comme une fusée et trace sur tout le lac.

    Avec Marc on hésite, il est tard, il faudrait tout remonter le matériel, gonfler les voiles, monter les foils, remettre les combis mouillées.
    Sans compter que si on fait ça, on en aura pour 15 minutes environ et là tu peux être sûr qu'une fois tout équipés, le vent va à nouveau s'arrêter, c'est certain.
    On hésite.
    Marc dit qu'il a assez kité hier à Monteynard et qu'il kitera demain ici avec un Sud qui est annoncé plus fort.
    Moi j'hésite encore quelques minutes, puis qui ne tente rien n'a rien, je me ré-équipe complètement en dix minutes chrono.
    Quand je redémarre, le vent re-baisse au moment où j'essaie de partir en foil.
    Ah non mais c'est pas possible.
    Nouvelle bordée de hurlements de rage envers ce p***** de vent de m****.
    Mais heureusement le vent va reprendre un peu et tout va bien se passer finalement, je rejoins Benoît tout en haut du lac pour deux heures de kite super extra dans des lumières du soir féériques.

    J'avais bien enregistré ma trace GPS de la première session, celle du sur-place et la voile trois fois tombée à l'eau.
    Mais là cette fois j'ai oublié de remettre ma montre GPS en me ré-équipant donc évidemment je n'ai pas ma trace pour ces deux heures de kite sur tout le lac.

    Benoît a mis son GPS en route et aura 65 km en 2h30.

    Voilà.
    On va poser vers 19h30 quand le soleil aura disparu.

    Pile pour l'apéro une fois tout le matériel rangé.
    Vraiment dommage pour Marc qui n'a pas pu profiter de ces super conditions inespérées.

    On s'éternise sur l'apéro.
    On fait la cuisine avec un super dîner vers 22h.


    On a halluciné sur cette image, car il y a une cascade qui se déverse dans le lac, mais son eau sans doute différente ne se mélange pas et reste visible sur des distances terribles, je crois qu'on le voit bien sur cette photo.

    Marc part chercher sa bouteille de blanc qu'il a mise au frais dans le ruisseau mais elle n'y est plus…
    Il la récupère chez les voisins qui l'avaient trouvée et pensaient qu'elle était abandonnée.

    Marc et Benoît font des photos de nuit avec les reflets sur le lac.
    J'en fais une, ici, mais qui n'est pas terrible, attendez de voir les leurs, elles déchirent.
    Vous voyez la lumière sur le côté droit de la photo, qui traverse la montagne noire, c'est une voiture et ses phares car le temps de pose de la photo était de 30 secondes et alors elle a eu le temps d'éclairer la route sur toute cette distance pour faire cet effet chanceux

    Une fois tous bien endormis dans nos camping-cars ou autre Boogly-mobile, on est réveillés dans la nuit par l'arrivée de la pluie...

    Pluie qui est là encore au matin vers 9h30.

    Petit dèj à la faveur d'une accalmie mais le ciel reste très noir.

    On décide un safari photos aux marmottes.
    Mais tout va y passer : chèvres, moutons, aigles, niverolles, hermine, touristes, pêcheurs, promeneurs en parapluie, fleurs, chardons, berger, bouddhiste qui fait du yoga sous la pluie, chiens, tube Citroën d'époque, papy en short avec des bottes, camping-car avec cheminée à feu de bois, etc… etc...

    Cette journée du dimanche va rester pluvieuse et on va lâcher l'affaire vers 17h30 pour prendre la route du retour un peu tristes.
    Dommage pour Marc qui n'aura donc pas pu profiter de ce super plan d'eau.

    Mais la saison d'été n'est pas terminée et on compte y retourner lors d'une belle journée ensoleillée avec gros vent de Sud annoncé.

    Des amateurs pour nous accompagner ?

    Ne manquez pas les photos de Benoît Billet et Marc Benoit sur leur page facebook respective, elles vont être super extra !!!


  • Modérateurs Onekite FFVL

    Super cr Pascal

    C'est clair que j'aurai dû profiter du coup du soir hier, j'ai fait ma chochotte après ma bonne nav au lac la veille - et je comptais fermement sur le coup de sud de dimanche.

    Mais c'est pas grave, je me suis régalé au cours de ces deux jours là-haut, on s'est bien marrés et on ramène des cartes SD remplies

    Alors je rajoute quelques photos:

    Toujours grandiose ce site, été comme hiver:

    Pascal:

    Benoit:

    Les deux compères:

    La bière bien méritée:

    Coucher de soleil pour l'apéro:

    Coup de lune:

    Ce matin on y croit avec le soleil pour le petit déj:

    Mais ça se couvre:

    En attendant que le vent s'installe, on part en safari marmotte:

    Un aigle?

    Nos voisins à la roots:

    Super Papy:

    Merde, panne d'essui-glace:

    Habemus papam!!



  • Petit complément photo de ce superbe lac, le cadre est juste incroyable, le vent est pas facile, la mise à l'eau plus que scabreuse, mais ça vaut le coup

    Le lac vu du barage

    Pascal

    Une Hermine pas farouche qui sautait dans tous les sens près d'une cabane sur les hauteurs au dessus du lac


  • Modérateurs Onekite FFVL

    Bien joué et magnifique CR

    les photos sont superbes, particulièrement celle de super papy en short et botte en caoutchouc

    @Boogly:29xy6bie:

    J'envoie un sms à Francis mais qui aura choisi une option différente, la "valeur sûre" en l'occurence.

    j'avais peur de l'eau froide et je pensais choisir une option plus sure en allant au lac avec un gros sud annoncé pour le dimanche.
    cela s'est fini par une grosse pétole samedi, donc match de volley ou j'ai perdu

    et 73 malheureux petits kilomètres le dimanche dans un vent de Sud très difficile avec en prime
    ce qui va réjouir beaucoup de monde un retour à la nage quand le vent est tombé à l'arrivé de la pluie.



  • Francis qui rentre à la nage...
    Mince, on a raté l'événement du siècle

    On a oublié de dire dans le CR qu'on a mis les combis néoprène et sans chaussons, l'eau n'était pas si froide que ça finalement.

    La news a été relayée spontanément par Flysurf.com, un grand merci :

    http://www.flysurf.com/news/2015/08/24/ ... dnews=4203


 

chargement-monteynard-webcamMonteynard plage Nord - Click for Live