Association iséroise de kitesurf, snowkite et powerkite

  • Boa tarde,

    Cette année, pour les vacances d’été, pas de Bretagne mais l’occasion d’aller découvrir le nord du Portugal suite à une invitation à un mariage.

    Après avoir passé le dernier week-end de Juillet à Viseu, nous filons au plus court en direction de l’océan pour une dizaine de jours…………..

    1er site : ville d’Aveiro, station balnéaire de Vagueira :
    https://www.flickr.com/photos/ccdrc/5887275272/

    Premier contact avec l’océan, la plage principale est le lieu où les filets sont sortis par les tracteurs. Les spectateurs ont le droit de prendre les sardines en partie abimées car coincées dans les mailles du filet.

    Avec les effets de l'érosion sur la plage, certaines passerelles ont disparues :

    En cette journée, le temps est maussade et il n’y a pas de vent. Nos hôtes nous avaient conseillés d’aller au camping à l’entrée du village. Ceux en direction du nord et plus près du rivage sont moins protégés par la pinède. Pour l’instant ; on ne peut pas dire qu’il fasse très chaud. En direction du nord, le littoral se transforme en presqu’île, les plages sont plus régulièrement endiguées mais aussi plus fréquentées.

    Le lendemain, en cours de matinée, les pins s’agitent. Nous filons légèrement au sud, sur la plage du petit centre aquatique de VagaSplash. Sur la plage, une école de surf. En arrivant, j’essaye de prendre le vent, les piles de mon anémo sont mortes et un kiteur bordelais vient aux nouvelles. Tant mieux, nous serons deux sur l’eau, à cotoyer les surfeurs. De façon générale, une zone sur plage est surveillée par des maîtres-nageurs sauveteurs.

    Approche prudente, au début, en 12m², pour tester les conditions mais surtout la sortie et le shore break avec 3 à 4 vagues qui déroulent. En cours de journée, la marée remonte, le vent forcit, il y a autant de vagues mais elles semblent moins fortes. Le vent tombe vers 19 heures.

    Je n’aurai pas d’autres occasions de kiter sur site, c’est dommage, le vent n’est pas revenu.

    De l'espaaaaaaaaaaaaaaaaaaaace :

    Des couleurs :

    Des dégâts :

    Une école est présente rive droite du ria de Aveiro (elle fait face aux maisons rayées qui sont tournées vers le ria)
    http://www.gustykite.com/en/component/c ... urf-school
    Au vu de sa localisation, idéale pour le flat et l’initiation. Il y a quand même du marnage. Enfin, il est facile de prendre le pont pour visiter Aveiro, ville sympathique (canaux, activités portuaires et vélos gratuits en prêt).

    Passage obligé à Porto, ville magnifique et plaisante, à aborder plutôt du côté du sud (rive gauche du Douro). Vers Espinho (une vingtaine de kilomètres au sud de Porto), le rivage devient plus rocheux. Il y a néanmoins de belles plages dont celle de la Madalena où il est possible de kiter.

    Au-dessus :

    En-dessous :

    En-dedans :

    Après deux jours de visite, nous plions sous la pluie. Nous en profitons pour faire sécher la tente sur le bord aménagé du rio Càvado qui sépare Ofir (au sud), d’Esposende. L’école (+ magasin) est de notre côté (rive droite) mais selon le plan pour le kite, ils doivent passer de l’autre côté pour kiter où j’aperçois un module.

    Comme le beau temps n’est pas encore installé, nous passons notre chemin pour aller légèrement plus au nord, en direction de l'Espagne.

    2ème site : Viana do Castelo :

    Vue de la plage de Cabedelo depuis l'Igreja Santa Luzia :

    Deux énormes campings (25 ha) se partagent une partie de la rive gauche du rio Lima. Nous avons choisi celui couleur locale (INATEL) très ombragé et peu rempli. Vu la taille et le fait que l’on doit laisser la voiture à l’entrée, on marche pas mal. La partie « village », c’est celle des portugais, la plus proche de la dune littorale. C’est toujours alléchant de remonter de la plage et de sentir les barbecues qui chauffent.
    Ces derniers trônent fièrement devant de grands marabouts entourant une caravane invisible et surmontés de grandes bâches. Le campeur portugais ne fait pas semblant. L’absence de mobil-home rend le cadre charmant. Par contre la piscine est désaffectée.

    Le vent et le beau temps reviennent le lendemain, le dimanche 3 août. Léger le matin où nous étions deux kiteurs à tracer la baie, quelle surprise de déboucher sur la plage de Cabedelo (au droit des campings) est de découvrir à quel point ce spot est réputé et qu’il s’est rempli…..avec l’arrivée du thermique plutôt nord que ouest, entre 15 et 20 nœuds.

    Pas mal d’espagnols mais aussi d’européens qui naviguent en surf. Strappés ou pas le niveau est bon, je trouve. Et j'ai vu deux foils en début de thermique.

    La remontée vers le chenal d’entrée du port me fait découvrir que celui-ci est utilisé par les planchistes pour des pointes de vitesse.

    Les deux jours successifs (dans les mêmes conditions quoique plus légères) permettront de parfaire le départ et planning de mon fils, d’aller se balader et de faire du flat, à l’abri de la petite digue. Le thermique est régulier (tant dans sa venue que dans sa force) mais il peut se renforcer ou baisser en fin d’après-midi.

    Aveiro est vraiment une belle fille, pardon belle ville, il ne faut pas se fier à ses abords bétonnés et à l’emprise du port industriel :

    Un regret pour nous et nos enfants, l’impossibilité de visiter le navire-hôpital en cours de réfection mais il y a le fort Vauban à parcourir :
    http://www.lejdc.fr/nievre/actualite/20 ... 85988.html

    Au nord, la côte devient majoritairement rocheuse :

    Les jours suivants, la brume côtière ne permettra pas au vent de s’installer, en tous les cas pas assez fort :

    Nous en profitons pour découvrir la plage d’Afife, à 10 kilomètres au nord d’Aveiro et réputée pour ses vagues qui ont l’air d’être assez longues. De façon générale, les accès aux plages ont été aménagés (passerelles pour la préservation) et elles sont propres et surveillées.

    Nous entamons notre retour en prenant la route N103, depuis Braga, (peu rapide) en direction de Chavez.
    Après quelques heures de route, nous tombons sur le Rio Rabagão, grand lac artificiel formé par le barrage.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Montalegre
    http://pt.wikipedia.org/wiki/Rio_Rabag%C3%A3o

    Sans connaître Naussac autrement que par des photos, je pense tout de suite à cette configuration : les berges sont apparemment faciles d’accès, l’eau idéale pour rincer le matériel et le vent est bien présent. Nous sommes à plus de 900 mètres d’altitude, le vent remonte de la longue vallée et les crêtes en direction de Castille-et-León sont piquetées d’éoliennes. Mille fois hélas, pas le temps de s’arrêter (camping au nord du lac) car encore 650 kilomètres nous séparent de la frontière franco-espagnole.

    Par curiosité, il faut aller voir les 5 à 6 vignettes sur : https://www.flickr.com/photos/[email protected] ... otostream/
    A notre passage, la superficie était grande car le niveau haut.

    En conclusion, pas autant de kite qu’espéré mais de belles et grandes sessions. Mon niveau en surf + kite n’aura pas évolué mais cela sera une excuse pour y retourner. Pas mal de portugais parlent le français, ce qui est agréable. Et le nord, mine de rien, a des airs de Bretagne avec ses maisons en granit et ses fanfares avec biniou (pas mal de fêtes religieuses,votives et de scouts à cette époque). Pour la nourriture, il faut s’accrocher au niveau quantité et l’on trouve facilement à manger, à toute heure, pour tout type de budget (à partir de 5 euros). Pour le poisson, c’est la fête c’est frais sauf l’inévitable morue. Les campings ont vécu leur belle époque, un peu décatis mais plutôt bien aménagés et agréables. Peu remplis et pas très bon marché, il faut compter un peu moins de trente euros par nuit (tente, voiture, 1 famille avec un enfant gratuit).
    Bon, deux jours pour y aller en voiture, cela entame le séjour. Mais ça le fait. C’est toujours impressionnant de voir les maghrébins et portugais émigrés rejoindre pour un temps leur pays d’origine. Pour les portugais de Genève, au retour, sur un voyage d’une traite (1650 kilomètres), les statistiques d’accident augmentent fortement au passage des Pyrénées.
    A partir de Burgos, le trajet est gratuit. Pour le Portugal et l’épineuse question de la privatisation des autoroutes (qui ont été construites en général sur le réseau routier principal), sur les conseils de nos amis, nous avons évité l’enregistrement carte bancaire à l’entrée du territoire et nous avions juste une carte à gratter (Toll card Estradas de Portugal S.A.) de 10 euros (disponible dans les stations-service) en cas de contrôle. Nous avons certainement dépassé cette somme sur nos trajets dans le pays mais les portiques ne semblent pas reconnaître toutes les plaques étrangères. Enfin, les campings-car et vans n’ont pas trop de problème pour se placer. Au contraire, les aires sont plutôt bien situées dans les stations balnéaires.
    Une baignade sur le chemin du retour à Capbreton nous a démontré l’avantage du Portugal. OK, les vagues sont belles dans les Landes mais quelle cohue en comparaison !

    Un grand merci à Pedro & Elisabete pour nous avoir invité et bon vent pour leur union.

    Sources :
    Liste en anglais des principaux spots au Portugal avec lien Windguru
    http://thekitesessions.blogspot.fr/2010 ... spots.html
    Topic n° 1 sur le forum KAF :
    http://kaf.forum.free.fr/viewtopic.php?t=11526


  • Boa tarde,

    Cette année, pour les vacances d’été, pas de Bretagne mais l’occasion d’aller découvrir le nord du Portugal suite à une invitation à un mariage.

    Après avoir passé le dernier week-end de Juillet à Viseu, nous filons au plus court en direction de l’océan pour une dizaine de jours…………..

    1er site : ville d’Aveiro, station balnéaire de Vagueira :
    https://www.flickr.com/photos/ccdrc/5887275272/

    Premier contact avec l’océan, la plage principale est le lieu où les filets sont sortis par les tracteurs. Les spectateurs ont le droit de prendre les sardines en partie abimées car coincées dans les mailles du filet.

    Avec les effets de l'érosion sur la plage, certaines passerelles ont disparues :

    En cette journée, le temps est maussade et il n’y a pas de vent. Nos hôtes nous avaient conseillés d’aller au camping à l’entrée du village. Ceux en direction du nord et plus près du rivage sont moins protégés par la pinède. Pour l’instant ; on ne peut pas dire qu’il fasse très chaud. En direction du nord, le littoral se transforme en presqu’île, les plages sont plus régulièrement endiguées mais aussi plus fréquentées.

    Le lendemain, en cours de matinée, les pins s’agitent. Nous filons légèrement au sud, sur la plage du petit centre aquatique de VagaSplash. Sur la plage, une école de surf. En arrivant, j’essaye de prendre le vent, les piles de mon anémo sont mortes et un kiteur bordelais vient aux nouvelles. Tant mieux, nous serons deux sur l’eau, à cotoyer les surfeurs. De façon générale, une zone sur plage est surveillée par des maîtres-nageurs sauveteurs.

    Approche prudente, au début, en 12m², pour tester les conditions mais surtout la sortie et le shore break avec 3 à 4 vagues qui déroulent. En cours de journée, la marée remonte, le vent forcit, il y a autant de vagues mais elles semblent moins fortes. Le vent tombe vers 19 heures.

    Je n’aurai pas d’autres occasions de kiter sur site, c’est dommage, le vent n’est pas revenu.

    De l'espaaaaaaaaaaaaaaaaaaaace :

    Des couleurs :

    Des dégâts :

    Une école est présente rive droite du ria de Aveiro (elle fait face aux maisons rayées qui sont tournées vers le ria)
    http://www.gustykite.com/en/component/c ... urf-school
    Au vu de sa localisation, idéale pour le flat et l’initiation. Il y a quand même du marnage. Enfin, il est facile de prendre le pont pour visiter Aveiro, ville sympathique (canaux, activités portuaires et vélos gratuits en prêt).

    Passage obligé à Porto, ville magnifique et plaisante, à aborder plutôt du côté du sud (rive gauche du Douro). Vers Espinho (une vingtaine de kilomètres au sud de Porto), le rivage devient plus rocheux. Il y a néanmoins de belles plages dont celle de la Madalena où il est possible de kiter.

    Au-dessus :

    En-dessous :

    En-dedans :

    Après deux jours de visite, nous plions sous la pluie. Nous en profitons pour faire sécher la tente sur le bord aménagé du rio Càvado qui sépare Ofir (au sud), d’Esposende. L’école (+ magasin) est de notre côté (rive droite) mais selon le plan pour le kite, ils doivent passer de l’autre côté pour kiter où j’aperçois un module.

    Comme le beau temps n’est pas encore installé, nous passons notre chemin pour aller légèrement plus au nord, en direction de l'Espagne.

    2ème site : Viana do Castelo :

    Vue de la plage de Cabedelo depuis l'Igreja Santa Luzia :

    Deux énormes campings (25 ha) se partagent une partie de la rive gauche du rio Lima. Nous avons choisi celui couleur locale (INATEL) très ombragé et peu rempli. Vu la taille et le fait que l’on doit laisser la voiture à l’entrée, on marche pas mal. La partie « village », c’est celle des portugais, la plus proche de la dune littorale. C’est toujours alléchant de remonter de la plage et de sentir les barbecues qui chauffent.
    Ces derniers trônent fièrement devant de grands marabouts entourant une caravane invisible et surmontés de grandes bâches. Le campeur portugais ne fait pas semblant. L’absence de mobil-home rend le cadre charmant. Par contre la piscine est désaffectée.

    Le vent et le beau temps reviennent le lendemain, le dimanche 3 août. Léger le matin où nous étions deux kiteurs à tracer la baie, quelle surprise de déboucher sur la plage de Cabedelo (au droit des campings) est de découvrir à quel point ce spot est réputé et qu’il s’est rempli…..avec l’arrivée du thermique plutôt nord que ouest, entre 15 et 20 nœuds.

    Pas mal d’espagnols mais aussi d’européens qui naviguent en surf. Strappés ou pas le niveau est bon, je trouve. Et j'ai vu deux foils en début de thermique.

    La remontée vers le chenal d’entrée du port me fait découvrir que celui-ci est utilisé par les planchistes pour des pointes de vitesse.

    Les deux jours successifs (dans les mêmes conditions quoique plus légères) permettront de parfaire le départ et planning de mon fils, d’aller se balader et de faire du flat, à l’abri de la petite digue. Le thermique est régulier (tant dans sa venue que dans sa force) mais il peut se renforcer ou baisser en fin d’après-midi.

    Aveiro est vraiment une belle fille, pardon belle ville, il ne faut pas se fier à ses abords bétonnés et à l’emprise du port industriel :

    Un regret pour nous et nos enfants, l’impossibilité de visiter le navire-hôpital en cours de réfection mais il y a le fort Vauban à parcourir :
    http://www.lejdc.fr/nievre/actualite/20 ... 85988.html

    Au nord, la côte devient majoritairement rocheuse :

    Les jours suivants, la brume côtière ne permettra pas au vent de s’installer, en tous les cas pas assez fort :

    Nous en profitons pour découvrir la plage d’Afife, à 10 kilomètres au nord d’Aveiro et réputée pour ses vagues qui ont l’air d’être assez longues. De façon générale, les accès aux plages ont été aménagés (passerelles pour la préservation) et elles sont propres et surveillées.

    Nous entamons notre retour en prenant la route N103, depuis Braga, (peu rapide) en direction de Chavez.
    Après quelques heures de route, nous tombons sur le Rio Rabagão, grand lac artificiel formé par le barrage.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Montalegre
    http://pt.wikipedia.org/wiki/Rio_Rabag%C3%A3o

    Sans connaître Naussac autrement que par des photos, je pense tout de suite à cette configuration : les berges sont apparemment faciles d’accès, l’eau idéale pour rincer le matériel et le vent est bien présent. Nous sommes à plus de 900 mètres d’altitude, le vent remonte de la longue vallée et les crêtes en direction de Castille-et-León sont piquetées d’éoliennes. Mille fois hélas, pas le temps de s’arrêter (camping au nord du lac) car encore 650 kilomètres nous séparent de la frontière franco-espagnole.

    Par curiosité, il faut aller voir les 5 à 6 vignettes sur : https://www.flickr.com/photos/[email protected] ... otostream/
    A notre passage, la superficie était grande car le niveau haut.

    En conclusion, pas autant de kite qu’espéré mais de belles et grandes sessions. Mon niveau en surf + kite n’aura pas évolué mais cela sera une excuse pour y retourner. Pas mal de portugais parlent le français, ce qui est agréable. Et le nord, mine de rien, a des airs de Bretagne avec ses maisons en granit et ses fanfares avec biniou (pas mal de fêtes religieuses,votives et de scouts à cette époque). Pour la nourriture, il faut s’accrocher au niveau quantité et l’on trouve facilement à manger, à toute heure, pour tout type de budget (à partir de 5 euros). Pour le poisson, c’est la fête c’est frais sauf l’inévitable morue. Les campings ont vécu leur belle époque, un peu décatis mais plutôt bien aménagés et agréables. Peu remplis et pas très bon marché, il faut compter un peu moins de trente euros par nuit (tente, voiture, 1 famille avec un enfant gratuit).
    Bon, deux jours pour y aller en voiture, cela entame le séjour. Mais ça le fait. C’est toujours impressionnant de voir les maghrébins et portugais émigrés rejoindre pour un temps leur pays d’origine. Pour les portugais de Genève, au retour, sur un voyage d’une traite (1650 kilomètres), les statistiques d’accident augmentent fortement au passage des Pyrénées.
    A partir de Burgos, le trajet est gratuit. Pour le Portugal et l’épineuse question de la privatisation des autoroutes (qui ont été construites en général sur le réseau routier principal), sur les conseils de nos amis, nous avons évité l’enregistrement carte bancaire à l’entrée du territoire et nous avions juste une carte à gratter (Toll card Estradas de Portugal S.A.) de 10 euros (disponible dans les stations-service) en cas de contrôle. Nous avons certainement dépassé cette somme sur nos trajets dans le pays mais les portiques ne semblent pas reconnaître toutes les plaques étrangères. Enfin, les campings-car et vans n’ont pas trop de problème pour se placer. Au contraire, les aires sont plutôt bien situées dans les stations balnéaires.
    Une baignade sur le chemin du retour à Capbreton nous a démontré l’avantage du Portugal. OK, les vagues sont belles dans les Landes mais quelle cohue en comparaison !

    Un grand merci à Pedro & Elisabete pour nous avoir invité et bon vent pour leur union.

    Sources :
    Liste en anglais des principaux spots au Portugal avec lien Windguru
    http://thekitesessions.blogspot.fr/2010 ... spots.html
    Topic n° 1 sur le forum KAF :
    http://kaf.forum.free.fr/viewtopic.php?t=11526

  • KAF

    Ah ça manquait un CR de voyage, merci à toi

chargement-monteynard-webcam
Monteynard plage Nord - Click for Live