28 avril Croix de Fer + Etendard




  • La pente sous le sommet du Pic de l'Etendard 3.230m.

    Une super journée à la Croix de Fer par vent Nord aujourd'hui.
    On a bien fait d'en profiter parce que c'est pas sûr qu'on va pouvoir y retourner.
    La neige est vraiment soupe et s'enfonce profond par endroit au passage des skis.
    Il y a moins d'enneigement que les années précédentes et du coup le bas de Montfroid est pas facile à kiter même si ça glisse plutôt bien sur l'herbe malgré tout.

    Sept Onekiteux : Jeff Marie, Laurent, les frères Agliata, Francis, Grimax, j'espère que j'en oublie pas un dans le tas.
    (J'ai cru voir la 205 de Rafkite mais j'en suis pas sûr)

    Le matin en partant de Grenoble c'était pas gagné car il pleuvait et c'était super couvert, j'ai failli faire demi-tour à Vizille en voyant le ciel.
    Puis surprise, c'est déjà bien plus dégagé sur les montagnes vers Vaujany que l'on aperçoit depuis la route avant Rochetaillée.
    La route de la Croix de Fer n'est pas officiellement ouverte, alors prudence, mais la barrière reste levée au Riviers d'Allemont.
    Plus haut, on a eu la chance que la DDE passe récemment car la route semblait "balayée" toute propre, pas un caillou ni aucune pierre, c'était super.
    A part un énorme bloc d'une tonne, tout seul au milieu de la route, au niveau du lac, facile à contourner, mais faudrait pas s'en prendre un comme ça sur le capot.
    Pas de neige malgré le mauvais temps d'hier, juste un peu sur le spot snowkite bien plus haut.
    On se gare vers le petit pont en bois.
    Vent bien présent de Nord, qui va osciller durant la journée entre N/0 et N/E au fil du temps.
    Si on a de grandes parties de ciel bleu, il y a quand même du gros brouillard par zones, nuages énormes qui passent, et quand on rentre dedans on ne voit plus les spatules des skis.

    On a attaqué le Vallon de Montfroid après une petite marche tranquille.
    La montée en snowkite était assez facile, le vent pas trop travers, ça allait, on passait de grandes plaques d'herbe sans souci.
    J'ai un peu (beaucoup) bataillé pour passer le verrou en haut de Montfroid pour atteindre ce que l'on appelle le 1er étage.
    A ce moment le vent était très N/E et donc ça n'arrangeait pas les affaires.
    Sauf que ce vent trop Est, pas facile à cet endroit, laisse penser que l'option "Pic de l'Etendard" risque d'être jouable.
    C'est la décision que je prends une fois sur les secteurs du haut.
    Comme dit Francis, il faut un peu "sacrifier" sa session quand on décide de tenter l'Etendard car ça va durer longtemps, on ne pourra pas trop apprécier les magnifiques combes des trois étages successifs, on passe devant et on ne s'arrête pas pour voler ou pour faire des photos, on n'a pas que ça à faire.
    Le vent sera tout le temps difficile pour cet itinéraire aujourd'hui.
    Faut se battre et pas faire d'erreur pour arriver devant l'Aiguille Noire, point critique où on doit prendre la décision de poursuivre le trajet ou pas.
    Quand je suis passé, tout était dans le brouillard et heureusement que je connais le chemin, on ne voyait absolument rien.
    Le vent a été super light à partir de là pour moi.
    On le retrouve toujours quand on rejoint le Glacier de St Sorlin plus bas mais c'était pas les grosses rafales, j'avançais régulièrement mais super lent, disons un vent de 2-5 knds.
    Heureusement que j'avais 14m (avec la 8m dans le sac), il fallait bien ça sinon c'était la podfok assurée (mais j'avais oublié les miennes ainsi que les bâtons).
    La montée vers l'Etendard a été difficile.
    Je voyais la poudreuse près du Pic à 3.350m qui filait vers l'Est poussée en bourrasques par un vent totalement Ouest à ce moment.
    Je me trouvais donc sous le vent, j'ai failli abandonner en voyant ça, mais du coup c'est avec les cycles de thermiques que j'ai pu aller jusqu'en haut.
    Il faut chopper le bon cycle et rester dans le thermique sans traîner, si on le laisse filer sans rester dans l'ascendance, la voile tombe au sol et il faut attendre le prochain thermique pour repartir.
    Une fois au sommet, je trouve le grand ciel bleu et les nuages sont en-dessous, ce qui est très beau.
    Le vent est quasi inkitable sur les pentes proches du Pic de l'Etendard, il arrive plein Ouest et souffle en bourrasques à 30 ou 35 knds soulevant la neige poudreuse à quatre mètres de haut, tout ça alternant avec pas de vent du tout pendant dix minutes.
    Pas possible d'approcher trop le sommet car deux énormes crevasses sont bien visibles, leur pont de neige aussi, et la neige est molle, soupe sous la poudreuse de 30cm, ce serait un risque inconscient de tenter de franchir les cent derniers mètres d'altitude.
    J'ai pensé que je ne pourrai pas faire la moindre photo, seulement une avec la voile pliée, puis j'ai tenté le coup sur un bout de traversée mais une fois l'image dans la boîte, j'ai vite tout plié avant qu'une rafale surgisse et emporte la 14m que j'aurais été obligé de larguer tellement le vent était fort par moments.
    Voilà, c'était environ 14h, j'ai donc plié la voile pour redescendre en skis dans une top neige poudre puis j'ai vite retrouvé la méga soupe de printemps une fois en bas.
    Le retour classique pour moi est de glisser doucement le long des lacs.
    Pas besoin de podfok, juste deux bon bâtons de ski, sauf que j'avais oublié les miens, mais pas de panique, ça se passe très bien.
    Ici j'ai un peu pris la peur de ma vie car le chemin pour longer les lacs est au pied de pentes super engagées, des coins à coulées ou avalanches, la neige était fondante et je m'enfonçais à chaque pas, les lacs étaient bleus au bord, on voyait qu'il n'y avait pas de glace, juste une mince couche, et là, sur 300m de cheminement ou plus, la moindre coulée m'aurait entraîné dans le lac pas gelé… C'était pas de marcher sans bâtons avec un sac lourd dans une neige horrible qui a été le plus physique mais de serrer les fesses, c'est là que j'ai dépensé le plus d'énergie de la journée.
    Je regardais cette eau bleue à 5m juste en dessous de moi à la verticale en avançant tout doucement, je me disais que si la neige lâche et part en coulée, c'est la fin.
    Au bout des lacs, on retrouve des pentes bien exposées au vent et à chaque fois j'ai toujours trouvé de quoi déplier la voile ici et remonter vers les spots où évoluaient les copains. Et ça a encore marché aujourd'hui. Heureusement car si pas de vent ici, le retour en rando est interminable.
    Passages techniques pour remonter des lac en kite, traversées de zones avec de gros rochers, faut pas s'endormir sur la conduite de la voile, le vent est irrégulier et travers, et voilà, arrivée au 2ème étage, ouf, y a plus qu'à se laisser descendre sans souci vers Montfroid.
    Je serais volontiers resté plus longtemps avec les copains que j'ai croisés sur le retour mais j'avais repas de famille à 19h à Meylan et chez ma mère celui qui arrive avec 5 minutes de retard il va manger en face...
    Départ à 17h15 de la voiture.
    Avant le Riviers d'Allemont, je baisse la barrière pour faire une farce aux copains.
    J'ai été à l'heure pour le repas, super, bon timing.
    Je sais pas si on reviendra.
    Faudra voir.

    Les copains vont sans doute rajouter leurs infos.

    Traces GPS :

    http://www.kitetracker.com/gps/tracking?r=Whitekite_80

    http://www.movescount.com/fr/moves/move60627420

    http://www.gpx-view.com/gpx.php?f=Etendard28042015.gpx




  • La pente sous le sommet du Pic de l'Etendard 3.230m.

    Une super journée à la Croix de Fer par vent Nord aujourd'hui.
    On a bien fait d'en profiter parce que c'est pas sûr qu'on va pouvoir y retourner.
    La neige est vraiment soupe et s'enfonce profond par endroit au passage des skis.
    Il y a moins d'enneigement que les années précédentes et du coup le bas de Montfroid est pas facile à kiter même si ça glisse plutôt bien sur l'herbe malgré tout.

    Sept Onekiteux : Jeff Marie, Laurent, les frères Agliata, Francis, Grimax, j'espère que j'en oublie pas un dans le tas.
    (J'ai cru voir la 205 de Rafkite mais j'en suis pas sûr)

    Le matin en partant de Grenoble c'était pas gagné car il pleuvait et c'était super couvert, j'ai failli faire demi-tour à Vizille en voyant le ciel.
    Puis surprise, c'est déjà bien plus dégagé sur les montagnes vers Vaujany que l'on aperçoit depuis la route avant Rochetaillée.
    La route de la Croix de Fer n'est pas officiellement ouverte, alors prudence, mais la barrière reste levée au Riviers d'Allemont.
    Plus haut, on a eu la chance que la DDE passe récemment car la route semblait "balayée" toute propre, pas un caillou ni aucune pierre, c'était super.
    A part un énorme bloc d'une tonne, tout seul au milieu de la route, au niveau du lac, facile à contourner, mais faudrait pas s'en prendre un comme ça sur le capot.
    Pas de neige malgré le mauvais temps d'hier, juste un peu sur le spot snowkite bien plus haut.
    On se gare vers le petit pont en bois.
    Vent bien présent de Nord, qui va osciller durant la journée entre N/0 et N/E au fil du temps.
    Si on a de grandes parties de ciel bleu, il y a quand même du gros brouillard par zones, nuages énormes qui passent, et quand on rentre dedans on ne voit plus les spatules des skis.

    On a attaqué le Vallon de Montfroid après une petite marche tranquille.
    La montée en snowkite était assez facile, le vent pas trop travers, ça allait, on passait de grandes plaques d'herbe sans souci.
    J'ai un peu (beaucoup) bataillé pour passer le verrou en haut de Montfroid pour atteindre ce que l'on appelle le 1er étage.
    A ce moment le vent était très N/E et donc ça n'arrangeait pas les affaires.
    Sauf que ce vent trop Est, pas facile à cet endroit, laisse penser que l'option "Pic de l'Etendard" risque d'être jouable.
    C'est la décision que je prends une fois sur les secteurs du haut.
    Comme dit Francis, il faut un peu "sacrifier" sa session quand on décide de tenter l'Etendard car ça va durer longtemps, on ne pourra pas trop apprécier les magnifiques combes des trois étages successifs, on passe devant et on ne s'arrête pas pour voler ou pour faire des photos, on n'a pas que ça à faire.
    Le vent sera tout le temps difficile pour cet itinéraire aujourd'hui.
    Faut se battre et pas faire d'erreur pour arriver devant l'Aiguille Noire, point critique où on doit prendre la décision de poursuivre le trajet ou pas.
    Quand je suis passé, tout était dans le brouillard et heureusement que je connais le chemin, on ne voyait absolument rien.
    Le vent a été super light à partir de là pour moi.
    On le retrouve toujours quand on rejoint le Glacier de St Sorlin plus bas mais c'était pas les grosses rafales, j'avançais régulièrement mais super lent, disons un vent de 2-5 knds.
    Heureusement que j'avais 14m (avec la 8m dans le sac), il fallait bien ça sinon c'était la podfok assurée (mais j'avais oublié les miennes ainsi que les bâtons).
    La montée vers l'Etendard a été difficile.
    Je voyais la poudreuse près du Pic à 3.350m qui filait vers l'Est poussée en bourrasques par un vent totalement Ouest à ce moment.
    Je me trouvais donc sous le vent, j'ai failli abandonner en voyant ça, mais du coup c'est avec les cycles de thermiques que j'ai pu aller jusqu'en haut.
    Il faut chopper le bon cycle et rester dans le thermique sans traîner, si on le laisse filer sans rester dans l'ascendance, la voile tombe au sol et il faut attendre le prochain thermique pour repartir.
    Une fois au sommet, je trouve le grand ciel bleu et les nuages sont en-dessous, ce qui est très beau.
    Le vent est quasi inkitable sur les pentes proches du Pic de l'Etendard, il arrive plein Ouest et souffle en bourrasques à 30 ou 35 knds soulevant la neige poudreuse à quatre mètres de haut, tout ça alternant avec pas de vent du tout pendant dix minutes.
    Pas possible d'approcher trop le sommet car deux énormes crevasses sont bien visibles, leur pont de neige aussi, et la neige est molle, soupe sous la poudreuse de 30cm, ce serait un risque inconscient de tenter de franchir les cent derniers mètres d'altitude.
    J'ai pensé que je ne pourrai pas faire la moindre photo, seulement une avec la voile pliée, puis j'ai tenté le coup sur un bout de traversée mais une fois l'image dans la boîte, j'ai vite tout plié avant qu'une rafale surgisse et emporte la 14m que j'aurais été obligé de larguer tellement le vent était fort par moments.
    Voilà, c'était environ 14h, j'ai donc plié la voile pour redescendre en skis dans une top neige poudre puis j'ai vite retrouvé la méga soupe de printemps une fois en bas.
    Le retour classique pour moi est de glisser doucement le long des lacs.
    Pas besoin de podfok, juste deux bon bâtons de ski, sauf que j'avais oublié les miens, mais pas de panique, ça se passe très bien.
    Ici j'ai un peu pris la peur de ma vie car le chemin pour longer les lacs est au pied de pentes super engagées, des coins à coulées ou avalanches, la neige était fondante et je m'enfonçais à chaque pas, les lacs étaient bleus au bord, on voyait qu'il n'y avait pas de glace, juste une mince couche, et là, sur 300m de cheminement ou plus, la moindre coulée m'aurait entraîné dans le lac pas gelé… C'était pas de marcher sans bâtons avec un sac lourd dans une neige horrible qui a été le plus physique mais de serrer les fesses, c'est là que j'ai dépensé le plus d'énergie de la journée.
    Je regardais cette eau bleue à 5m juste en dessous de moi à la verticale en avançant tout doucement, je me disais que si la neige lâche et part en coulée, c'est la fin.
    Au bout des lacs, on retrouve des pentes bien exposées au vent et à chaque fois j'ai toujours trouvé de quoi déplier la voile ici et remonter vers les spots où évoluaient les copains. Et ça a encore marché aujourd'hui. Heureusement car si pas de vent ici, le retour en rando est interminable.
    Passages techniques pour remonter des lac en kite, traversées de zones avec de gros rochers, faut pas s'endormir sur la conduite de la voile, le vent est irrégulier et travers, et voilà, arrivée au 2ème étage, ouf, y a plus qu'à se laisser descendre sans souci vers Montfroid.
    Je serais volontiers resté plus longtemps avec les copains que j'ai croisés sur le retour mais j'avais repas de famille à 19h à Meylan et chez ma mère celui qui arrive avec 5 minutes de retard il va manger en face...
    Départ à 17h15 de la voiture.
    Avant le Riviers d'Allemont, je baisse la barrière pour faire une farce aux copains.
    J'ai été à l'heure pour le repas, super, bon timing.
    Je sais pas si on reviendra.
    Faudra voir.

    Les copains vont sans doute rajouter leurs infos.

    Traces GPS :

    http://www.kitetracker.com/gps/tracking?r=Whitekite_80

    http://www.movescount.com/fr/moves/move60627420

    http://www.gpx-view.com/gpx.php?f=Etendard28042015.gpx



  • que dire de plus après ce beau récit….juste que j'étais bien partis pour suivre Boogly sauf qu'en voyant les conditions dangereuses, je décide de poser et mette l'ARVA (ce que j'aurais du faire dès le départ) pas de chance car une ligne se met dans un cailloux et casse... donc galère et réparation vas et viens dans la neige mi dure mi soupe ou on s'enfonce parfois jusqu'au hanches, ensuite le vent est beaucoup plus perturbé pour le passage vers roche noire, j'abandonne et tracasse pour chercher un autre passage que je finis par trouver....vers 16h pas de trace gps mais francis est allé y jeté un oeil je pense. ici les tofs :
    le départ en snowboard se fait a un peu avant la cabane donc après le temps annoncé je pense que ça vas être difficile d'y retourner

    la prise de vue en montée go pro

    le départ du second passage qui permet de limiter l'ascension d'un étage où 2


    aussi l'ascension fulgurante de Boogly bien déterminé a monter tout en haut a ce passage et compte tenu que je suis en snow j'ai posé et monté a pied



  • Toujours aussi bon ce spot de Monfroid

    Comme je l’avais précisé la veille dans les prévisions de sorties, j’étais bloqué au boulot le matin donc départ de Grenoble à 12h
    après avoir checké la webcam de Vaujany (merci Hub) qui montrait de belles éclaircies.
    Pour une fois vous ne pourrez pas nous reprocher de ne pas avoir signalé notre sortie.
    Après le bulletin de Caplain, j’avais peur pour l’accès au spot, mais finalement pas de soucis.
    Une route très propre à part le gros rocher qu’a évoqué Pascal.

    Au parking vers 13h, le temps est encore bien bouché, les nuages qui remontent de la Maurienne par le col du Glandon déborde sur le vallon de Monfroid.
    Départ en kite du bas de la crête sur une langue de neige qui est assez continu coté droit.
    Je suis en 8m, je préfère ne pas trop toiler en prévision des zones délicates à passer.
    Je rattrape Raph dans la montée, il est en 12m mais en snowboard les zones déneigées sont plus délicates à passer.
    Nous traversons une zone de brouillard puis arrivons en haut du vallon.
    Le temps parait plus clair plus haut.
    J’attaque le raidillon pour atteindre le premier étage alors que Raph bascule sur la pente coté lac, son projet rejoindre le col du couard.
    Il nous en dira peut être un peu plus sur cette option.
    Comme pour Pascal, le vent est trop Est pour passer directement, il faut tirer quelques bords dans le pentu sur une neige qui n’inspire pas confiance.

    Arrivée au 1er étage

    J’enquille ensuite directement jusqu’au troisième étage, la visibilité est correcte, il y a quelques nappes de brouillard mais jamais très épaisses.
    Comme d’habitude sur ce spot plus on monte plus le vent faiblit !
    Je rejoins les copains qui luttent dans le vent faible au pied de l’aiguille de Laisse, je passe en 12m pour tenter l’ascension.
    A mi-pente le vent est descendant, je lâche l’affaire.

    Comme la bien dit Pascal, perso je préfère profiter des bons coins d’un spot, plutôt que de me fixer un objectif et sacrifier ma session.
    Cela explique mon rendement kilométrique qui est en général plutôt au-dessus de la moyenne.

    https://connect.garmin.com/modern/activity/759657434

    Avec Jeff nous redescendons au 2em étage

    Les deux frères Thierry & Franck ainsi que Seb viennent profiter des belles conditions

    Vue sur le col du Sabot

    Après une belle session de vols sur le haut du premier étage le vent se renforce.
    Je décide de retenter l’aiguille de Laisse.

    Petite virée dans le col avec l’aiguille Noire au fond

    Cette fois le vent est mieux orienté

    Les copains m’ont suivi

    Au sommet j’aperçois les traces de Pascal parti vers l’Etendard

    Vue depuis le sommet

    Retour au 1er étage ou le vent est maintenant bien installé.

    Un à un les copains m’abandonnent, le spot de vols est maintenant bien tracé.

    Je me replis sur le vallon de Monfroid pour la fin de session, le vent y est fort je ressorts la 8m.
    Je croise Raph de retour de son périple.

    Petite vue sur le lac

    Descente sous voile par la crête

    Retour à la voiture vers 19h 30 et contrairement à certains je compte bien revenir.



  • On attend toujours le CR de Rafkite et son parcours vers le Col du Couard



  • @Boogly:320h00be:

    On attend toujours le CR de Rafkite et son parcours vers le Col du Couard

    allez Raph un CR

    Sur mon CR j'avais posté à la fin cette photo pour le motiver

    J'en poste une de plus, il a du passer dans ce secteur.


 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.