12 juillet, Mont-Cenis + VIDEO



  • La vidéo :

    J'avais décidé d'aller tenter une session foil sur ce lac des Alpes situé à environ 1.800m.
    Pour cela, j'ai pris les infos auprès du kiteur local snowkite/kitesurf Joël Blanchemain mais pour apprendre que pour le lac Mont-Cenis il n'y a pas vraiment de règles d'aérologie, tout peut arriver, le thermique peut s'orienter de différentes manières et le météo vient s'ajouter ou annuler les effets de vent. Allons, bon… Nous voilà bien avancés.
    Comme dit Joël, il faut y aller puis voir ce que ça donne.
    Mais globalement on peut rester optimiste, il y a presque tous les jours un peu d'air à exploiter.

    Je ne pensais pas y aller ce week-end car j'étais libre uniquement le dimanche.
    Mais samedi à Monteynard, Francis me demande ce que je pense d'une session à Mont-Cenis...
    Il compte y camper trois jours avec Patrice Patcoublevie.
    C'est parti, le projet prend forme.

    Le trajet d'accès passe par la vallée de la Maurienne direction Modane, puis on continue jusqu'à Lanslebourg, ici la route se partage en deux, à gauche vers le col de l'Iseran et à droite vers le Mont-Cenis, il reste alors 10 km de montée dans un paysage de haute montagne super.

    Une fois arrivé au Mont-Cenis, la route longe le lac en hauteur jusqu'au barrage et vers l'Italie.
    Notre spot a été au milieu de la berge du lac, on descend à droite une toute petite route devant le refuge du Toêt.
    Tout en bas, un grand parking rempli de camping-cars italiens.

    Pour ce dimanche, le lac est bas, il faut descendre dans les pierriers jusqu'au niveau d'eau.

    Dès notre arrivée vers 11h30, le thermique arrive par risées légères que l'on voit très bien sur le lac.
    La direction est Est vers Ouest, donc vient de l'Italie.

    On se prépare mais le thermique ne va pas monter bien fort.
    Il est très régulier et homogène sur le lac où on ne discerne pas de différences entre risées et trous d'air.
    Sauf que ça ne dépasse pas bien les 5 knds et ça va rester comme ça toute la journée…

    Francis décide de tenter le coup.
    L'eau est à 14°c à peu près, alors il faut la combi sèche et les chaussons.
    La grande voile est choisie, c'est une 14m.

    Une première tentative sera infructueuse par manque de puissance.
    Ce sera une dérive et retour à la berge.
    Pourtant on a l'impression que le vent est assez fort, mais Francis dit que la voile ne porte presque pas.
    Je me demande si à 1.800 il n'y a pas une question de différence de densité de l'air qui diminuerait sa puissance.
    Il nous faudrait une explication par des scientifiques diplomés en droit et en travers.

    Bon, puisque c'est comme ça, Francis change son aile de foil pour placer la large XLP.

    En même temps le vent monte vers 7 knds et c'est parti, voilà Francis qui file sur le lac et remonte au vent vers le barrage.

    Quel décor magnifique, et le lac est large, disons deux fois plus large que notre Monteynard pour environ la même longueur.
    Un formidable plan d'eau entouré de hauts sommets où l'on voit encore quelques névés accrochés.

    Parfois, Francis est obligé de s'asseoir dans l'eau avec la voile au zénith pour temporiser dans une molle avant de repartir de plus belle avec la risée suivante.
    Les nombreux touristes le photographient avec leurs téléphones portables.

    Un total de 3h pour 55 km, ce n'est pas un record de vitesse, les conditions étaient très très light.
    On a même eu la visite de Laurent Ness qui était de rando en famille.

    Je me suis préparé vers 16h30 quand Francis semblait filer à bonne allure mais le temps que je gonfle la voile 12m, puis mette la combi sèche, j'ai bien senti que la voile une fois en l'air ne tractait pas super, j'ai fait une tentative mais juste quand le vent a encore baissé vers 2 knds, ça a donné 50m de dérive sans pouvoir me lever sur la board, pendant que Francis assis dans l'eau rentrait avec difficulté vers notre camp de base.

    Fin de la session vers 17h, les nuages envahissent les alentours.
    Pas bien la peine d'espérer un retour du thermique avec l'ombre qui gagne du terrain.
    Je plie et rentre à la maison pendant que Francis et Pat attaquent le tour du lac en VTT et que le parking se vide de ses dizaines et dizaines de camping-cars.

    Voilà.
    On en saura plus ce soir ou demain quand nos deux Onekiteux rentreront de leur week-end à Mont-Cenis.
    Avec plus d'images de leur part ainsi que de témoignages techniques pour le foil sur ce grand lac.

    Affaire à suivre de près.

    Quelques fotos facebook sympas :

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =1&theater

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =1&theater

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =1&theater

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =1&theater

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =1&theater

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =1&theater



  • La vidéo :

    J'avais décidé d'aller tenter une session foil sur ce lac des Alpes situé à environ 1.800m.
    Pour cela, j'ai pris les infos auprès du kiteur local snowkite/kitesurf Joël Blanchemain mais pour apprendre que pour le lac Mont-Cenis il n'y a pas vraiment de règles d'aérologie, tout peut arriver, le thermique peut s'orienter de différentes manières et le météo vient s'ajouter ou annuler les effets de vent. Allons, bon… Nous voilà bien avancés.
    Comme dit Joël, il faut y aller puis voir ce que ça donne.
    Mais globalement on peut rester optimiste, il y a presque tous les jours un peu d'air à exploiter.

    Je ne pensais pas y aller ce week-end car j'étais libre uniquement le dimanche.
    Mais samedi à Monteynard, Francis me demande ce que je pense d'une session à Mont-Cenis...
    Il compte y camper trois jours avec Patrice Patcoublevie.
    C'est parti, le projet prend forme.

    Le trajet d'accès passe par la vallée de la Maurienne direction Modane, puis on continue jusqu'à Lanslebourg, ici la route se partage en deux, à gauche vers le col de l'Iseran et à droite vers le Mont-Cenis, il reste alors 10 km de montée dans un paysage de haute montagne super.

    Une fois arrivé au Mont-Cenis, la route longe le lac en hauteur jusqu'au barrage et vers l'Italie.
    Notre spot a été au milieu de la berge du lac, on descend à droite une toute petite route devant le refuge du Toêt.
    Tout en bas, un grand parking rempli de camping-cars italiens.

    Pour ce dimanche, le lac est bas, il faut descendre dans les pierriers jusqu'au niveau d'eau.

    Dès notre arrivée vers 11h30, le thermique arrive par risées légères que l'on voit très bien sur le lac.
    La direction est Est vers Ouest, donc vient de l'Italie.

    On se prépare mais le thermique ne va pas monter bien fort.
    Il est très régulier et homogène sur le lac où on ne discerne pas de différences entre risées et trous d'air.
    Sauf que ça ne dépasse pas bien les 5 knds et ça va rester comme ça toute la journée…

    Francis décide de tenter le coup.
    L'eau est à 14°c à peu près, alors il faut la combi sèche et les chaussons.
    La grande voile est choisie, c'est une 14m.

    Une première tentative sera infructueuse par manque de puissance.
    Ce sera une dérive et retour à la berge.
    Pourtant on a l'impression que le vent est assez fort, mais Francis dit que la voile ne porte presque pas.
    Je me demande si à 1.800 il n'y a pas une question de différence de densité de l'air qui diminuerait sa puissance.
    Il nous faudrait une explication par des scientifiques diplomés en droit et en travers.

    Bon, puisque c'est comme ça, Francis change son aile de foil pour placer la large XLP.

    En même temps le vent monte vers 7 knds et c'est parti, voilà Francis qui file sur le lac et remonte au vent vers le barrage.

    Quel décor magnifique, et le lac est large, disons deux fois plus large que notre Monteynard pour environ la même longueur.
    Un formidable plan d'eau entouré de hauts sommets où l'on voit encore quelques névés accrochés.

    Parfois, Francis est obligé de s'asseoir dans l'eau avec la voile au zénith pour temporiser dans une molle avant de repartir de plus belle avec la risée suivante.
    Les nombreux touristes le photographient avec leurs téléphones portables.

    Un total de 3h pour 55 km, ce n'est pas un record de vitesse, les conditions étaient très très light.
    On a même eu la visite de Laurent Ness qui était de rando en famille.

    Je me suis préparé vers 16h30 quand Francis semblait filer à bonne allure mais le temps que je gonfle la voile 12m, puis mette la combi sèche, j'ai bien senti que la voile une fois en l'air ne tractait pas super, j'ai fait une tentative mais juste quand le vent a encore baissé vers 2 knds, ça a donné 50m de dérive sans pouvoir me lever sur la board, pendant que Francis assis dans l'eau rentrait avec difficulté vers notre camp de base.

    Fin de la session vers 17h, les nuages envahissent les alentours.
    Pas bien la peine d'espérer un retour du thermique avec l'ombre qui gagne du terrain.
    Je plie et rentre à la maison pendant que Francis et Pat attaquent le tour du lac en VTT et que le parking se vide de ses dizaines et dizaines de camping-cars.

    Voilà.
    On en saura plus ce soir ou demain quand nos deux Onekiteux rentreront de leur week-end à Mont-Cenis.
    Avec plus d'images de leur part ainsi que de témoignages techniques pour le foil sur ce grand lac.

    Affaire à suivre de près.

    Quelques fotos facebook sympas :

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =1&theater

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =1&theater

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =1&theater

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =1&theater

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =1&theater

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =1&theater



  • Désolé que vous n'ayez pas eu de vent dimanche !
    Moi j'ai fait confiance aux bulletins météo et j'y suis allé le samedi
    C'était l'occasion de brûler de la gomme et faire quelques rupteurs aussi, mais tout le matos de foil est bien rentré dans le cabriolet…
    Bref arrivé à 15h et 2 h de navigation en 7m2
    Le vent venant du col j'ai pris des belles rafales trimé à fond et de belles molles.

    Le regret a été de ne pas me mettre à l'eau plus près du barrage car le vent y était plus régulier
    Ne connaissant pas l'aérologie du lac et me méfiant du vent type lac du Bourget, ai arrêté sûrement trop tôt. En cas de plan galère le tour du lac peut être longuet.
    Ah si en combinaison 3 mm c'est un poil juste

    Suis rentré pil poil pour la traverse au lac mais because Musiflake lac non accessible en voiture



  • Bon, après coup de téléphone hier soir pour avoir des infos, Francis a fait 89 km ce lundi 13.
    Le vent était de 30 knds Nord tôt le matin, lac blanc de moutons, mais il faisait 12°c alors Pat et Francis sont repartis faire le tour du lac en VTT pour laisser arriver le soleil.
    L'après-midi quand ils sont allés au kite, le vent était revenu environ à la même puissance super light que dimanche.
    Mais son orientation différente, c'est à dire plutôt Sud/Ouest, donc arrivant depuis le col que l'on voit en face de la plage de décollage sur la photo 5.
    Francis dit que la lumière était nettement plus belle et plus transparente que dimanche où c'était voilé et ambiance laiteuse grisou.
    Pas de regrets pour moi, en tant que patapouf de 90 kg je n'aurais pas pu kiter cette fois non plus car Pat n'y est pas allé et Francis dit que c'était super djeuste et changeant, pas commode et très technique.
    Voilà.
    Pat est reparti hier soir pour raisons de famille.
    Francis refait une troisième journée ce mardi 14.
    Attendons ce soir ou demain pour avoir les traces GPS, plus de photos, et des infos en complément pour que tout le monde dispose de suffisamment d'éléments de réflexion afin de programmer une sortie sur ce lac fabuleux.
    Prévoyez de camper car le trajet à la journée depuis chez nous autour de Grenoble, c'est pas super rentable.


  • Onekite Club admin

    C'est un lac qui mériterait l'installation temporaire d'une balise Piouipou pour voir comment marche son aérologie.


  • Modérateurs Onekite FFVL

    Retour dans la chaleur après un week-end au frais.

    Pascal vous a déjà raconté le premier jour, juste une petite précision nous étions garés sur un parking très calme parfait pour dormir au frais (12°C la nuit)
    à l’emplacement de la base Nautique sur la carte IGN.

    La base nautique n’existe pas ou elle est bien cachée, il n’y avait sur l’eau aucune embarcation mis à part un petit canoë.
    La navigation ne fut donc pas très sereine dans ce vent très light d’Est-Sud-Est. (Thermique depuis le barrage)

    Le tour du lac le soir en VTT avec Patrice nous a permis de mieux appréhender ce lac et notamment les portes de sorties en cas de galère.

    Il n’y a pas de danger insurmontable, il y a des possibilités de sortie sur les deux rives.

    Mais même si la rive opposée à la route reste assez accueillante par endroit, le retour à pied au point de départ risque d’être un brin longuet. (2h)
    Le tour du lac en VTT est facile avec peu de dénivelé et le paysage est superbe.

    Vue depuis le barrage

    Retour au point de départ par la route depuis le barrage.

    Deuxième jour:
    Au réveil le vent est fort de Nord-Ouest (depuis le col du Mont Cenis) 25 nœuds en rafales.
    Les 12°C dans l’air pour une eau à 13-14°C n’incitent pas trop à la navigation.
    Nous allons faire une virée en VTT vers le col du petit Mont Cenis en attendant que l’eau se réchauffe.
    Nous attaquons la montée du vallon orienté Nord-Sud et contre toute attente nous chopons le vent de face c'est-à-dire plein Sud.

    En arrivant au col un cheval trône fièrement sur son promontoire.

    Nous enchaînons en direction du Lac de Savine

    Vers 11h nous rebroussons chemin au niveau d’un beau troupeau, il est temps d’aller kiter.

    De retour au camp de base, le vent a faibli, (15-20 nœuds)
    Je pars en 10m

    Le vent n’est pas facile, je choppe des rafales à plus de 20 nœuds, variables en direction, de Nord-Ouest vers le col du Mont Cenis et de Sud-Ouest vers le barrage,
    entre les deux les risées rentrent alternativement dans les deux directions.

    Le vent faiblit un peu et le Sud Ouest prend le dessus, je passe en 12m.

    Le vent va alors reprendre des tours, 20 nœuds relativement régulier si on ne s’approche pas trop du col du Mont Cenis.

    Après un passage en 10m, il forcit encore vers 25 nœuds.
    Vers 18h le vent devient trop fort je lâche l’affaire, je n’ai pas le courage de gonfler la 8m et je commence à avoir froid.
    90km au compteur pour ce deuxième jour mais j’ai l’impression d'en avoir fait le double.

    Troisième jour:
    Les prevs de vent sont assez faible, nous avions prévu avec Patrice d’aller faire un tour de vélo,
    mais au réveil il souffle un bon petit vent de Nord Ouest (15 nœuds) qui semble assez propre.
    Malgré la fraîcheur ambiante 14°C je suis sur l’eau vers 10h en 12m.

    Le vent qui déboule du col est cette fois très correcte, je suis légèrement surtoilé par moment mais ça passe trimé à fond.

    Je peux enfin visiter le lac sereinement.

    Vers 11h 30 le vent faiblit en devenant plus irrégulier, j’arrête vers midi après avoir passé une molle ou la voile vole à peine.
    J’ai pris la session du matin, c’est déjà pas mal, je laisse le matos sur la plage pour aller manger, on ne sait jamais.

    Le temps de manger le vent tourne est revient très faible dans l’autre sens comme le premier jour.
    J’hésite un moment à tout plier et à aller rouler mais je me ravise et décide d’attendre un peu.
    Le vent se renforce doucement et vers 14h30 le plan d’eau semble navigable, je tente ma chance.
    J’ai pris soin de changer d’aile sur le foil (XLP) ça passe bien en 12m, il doit y avoir 8-10 nœuds.
    Au bout d’une heure je commence à être bien toilé, je remonte l’aile de race sur le foil est c’est reparti.
    Le vent n’est pas très fort, une douzaine de nœuds mais bien régulier, la température a bien remonté
    Je commence à avoir trop chaud en sèche, je suis obligé de faire trempette pour me refroidir.
    Vers 16h30 le vent faiblit, fin de session.

    La trace du jour

    Pour conclure l’aérologie de ce lac n’est pas facile à comprendre, j’ai eu trois jour avec des conditions différentes,
    le seul enseignement que j’en tire c’est que le thermique vient de l’Italie.

    La trace générale du week-end.



  • Ah, top, le CR de Francis donne plus de crédibilité à ce spot super.
    Comme quoi il y a du vent et du solide.
    Bon, voici la vidéo du dimanche, donc vent ultra-light.
    C'est pas grave, tant pis :

    Vous m'en direz des nouvelles


 

chargement-monteynard-webcamMonteynard plage Nord - Click for Live