Association iséroise de kitesurf, snowkite et powerkite
Déjà inscrit sur l'ancien forum ? Pour commencer, réinitialisez votre mot de passe içi :)

Corse du sud (2A) - printemps 2016



  • Salute,

    Compte-rendu du voyage annuel dans une île méditerranéenne, pour profiter des plages et de la montagne en ce début de saison touristique.
    Donc un départ le samedi 9 avril à 23 heures par Corsica Ferries depuis Toulon.

    Arrivée le lendemain à 8 heures dans le port d'Ajaccio, dans lequel l'Abeille Flandre vient butiner à côté d'un des bateaux de l'ex-SNCM :

    Notre périple concerne le triangle sud de la Corse, à savoir Ajaccio - Propriano - Bonifacio - Porto Vecchio puis retour par les montagnes.
    Sur les extraits de carte sont indiqués en "O" les sites kités et avec une "X" les spots kitables.

    Propriano, golfe de Valinco :

    Les campings du coin étant majoritairement fermés, nous tombons par hasard sur le Ras L'Bol (http://www.camping-hotel-propriano.com), dans le hameau d'Arbatello, au nord du golfe.
    Super camping avec un prix doux de début de saison.

    Voici le plan de situation :

    Il suffit de traverser la route (peu fréquentée à cette époque) pour tomber sur la plage de Tenutella :

    Belle session le dimanche après-midi, plus de 10 noeuds en vent de SO (Libecciu ?), donc On-shore.
    En Speed 15, je vais tracer toute la baie et aller notamment vers la plage de Tavaro où je distingue 2 à 3 voiles.
    Elles se trouvent au-dessus du plus gros rocher de gauche, il y a notamment un bâtiment abandonné et un autre qui est celui du camping Cyrnos.
    Dans l'axe de la petite plaine, le vent se renforce particulièrement bien. :

    Comme la plage est longue mais entrecoupée par la rivière Tavaro, le spot, moins accessible pour les baigneurs, doit être ouvert l'été.
    Reste ensuite la question épineuse des places de parking. Après cette plage, c'est le village de Porto Pollo.

    Extrémité de la plage et vue en direction de la côte sud du golfe :

    Le lendemain, nous partons visiter le site de Filitosa puis à la découverte de la plage de la Cupabia, isolée dans une superbe anse. Hélas pas assez de vent pour en profiter.

    Le surlendemain, direction Campomoro, une baie qui ferme le golfe par une superbe tour gênoise, lieu de départ de balades le long du littoral :

    Le vent est bien présent à la pointe mais il ne rentre pas bien dans la baie. Quand au site de Capo Laurosu, il faut un vent plus franchement ouest et suffisamment fort pour s'éloigner de l'aérodrome.
    Enfin, le spot le plus proche de Propiano est pas mal mais il bénéficie d'un relativement fort shore-break. Comme à Tenutella, la plage plonge rapidement dans l'eau.

    Bonifacio, de part et d'autre :

    La carte :

    Dès que la N196 en finit de descendre du nord vers le sud, l'effet des Bouches de Bonifacio est saisissant : végétation rase et vent plus présent.
    Mercredi 13 avril, tous les campings sont fermés, notamment du côté de Spérone. Je vais quand même jeter un oeil à la plage de Piantarella :

    Par ce fort vent rentrant sud-ouest, la petite plage est off et le vent n'est pas assez régulier pour tenter quoi que ce soit, même si l'île Piana peut rassurer.
    Demi-tour pour planter la tente à l'entrée de Bonifacio, au camping Araguina, à deux pas du port pour découvrir ce joyau de ville :

    La visite attendra, direction la plage de la Tonnara, dans le golfe de Ventilegne, où j'avais vu des kiteurs s'équiper en bord de route à l'aller.
    La plage à l'aplomb de la voile, vue depuis un point surplombant qui nous sépare de la baie de Stagnolu :

    Vent d'ouest de plus de 15 noeuds, je pars légèrement sous-toilé en 9m². Cela le fait bien en traçant plutôt du coté du large.
    Les vagues creusent bien dans l'entrée du golfe et la plage constitue une belle zone de flat.
    Mais en période d'affluence, il faut tirer un seul bord de sortie. Le vent tombe légèrement vers 17 heures, il faut rentrer d'autant plus que je suis le dernier :

    Le lendemain, visite de la vieille ville, du cimetière marin et de la zone militaire, soit l'extrémité de l'éperon.
    Navette sarde qui relie Bonifacio à Santa Teresa Gallura :

    Pointe du Timon, belle mer, vent modéré avec quelques moutons :

    Après la visite, retour à Tonnara mais avec un ciel plus bleu et un vent plus fort que la veille :

    Une deuxième pour apprécier les tons de bleu :

    Cette fois-ci, je vais descendre au plus bas du golfe, à côté de la N196 où se trouve une belle zone de flat.
    C'est aussi une zone pour les débutants ou les freestyleurs, on a presque pied, tout au fond à droite sur la photo :

    Le lendemain, pas de vent annoncé, nous partons à la découverte de l'autre golfe, celui de Sant'Amanza :

    Les petites plages le long de la D58 sont de toute beauté, jusqu'au terminus :

    Avec un vent présent mais faible qui vient dans mon dos (SSO), je préfère tenter depuis la plage de Maora depuis le fond du golfe.
    Je vais pouvoir tirer quelques bords mais pas assez remontants pour espérer chercher le vent plus en avant.
    Au final, j'abandonne pour louer un canoë pour partir à la découverte du bras de mer qui recueille un cimetière de bateaux.
    D'après le gérant du club de location, l'été, le fond du golfe est rempli de voiliers.
    Enfin, par vent d'est, les plages de Balistra et de la Rondinara sont de très bons petits spots mais il vaut mieux un vent constant et ne pas trop s'aventurer au large à cause d'un fort courant.

    Golfe de Pinarellu :

    La carte :

    Camping Arutoli (le seul ouvert), sur la rocade de Porto Vecchio, très calme et boisé (chêne-liège).
    Au nord de Porto Vecchio, une des plus belles plages de Corse, très accessible :

    Hélas, pas de vent d'est et le vent de SO est trop faible pour tenter quoi que ce soit. Nous partons donc grimper près du village de Conca, à Punta Calcina.
    A 371 mètres d'altitude, vue sur le golfe et son île qui porte la tour de guet visible sur la précédente photo :

    Sur la route d'accès, je m'interroge : action kamikaze pour faire exploser la citerne de secours incendie ou barrière à brebis ?

    Golfe de Porto Vecchio :

    La carte :

    Une vue plus parlante, depuis la route de l'Ospedale, Porto Vecchio à droite, Stagnolu (une autre) à gauche :

    Dimanche 17 avril, temps couvert le matin et vent de sud bien présent sur le site mégalithique d'Arragiu.
    Il est temps de descendre découvrir une autre des plus belles plages de Corse, à savoir Palombaggia, celle-là où l'été, il faut prévoir de poser sa serviette sur la tranche, dixit le Routard.

    La session avait pourtant commencé cahin-caha, avec un vent de sud rafaleux, de 8 à 15 noeuds. Je grée donc la 15m² mais sans marge de sécurité :

    Le vent forcissant avec le retour du grand bleu, je prends la 12m² et bien trimée en plus :

    Vue sur les îles Cerbicale, je vais faire un triangle de navigation entre la plage, l'île la plus au sud et le Capu d'Accajiu derrière lequel ça dévente un peu :

    La montagne :

    Sur la superbe route de l'Ospedale, à plus de 1000 mètres, l'envie m'a pris un moment de sortir la voile sur cette retenue artificielle qui disparaît l'été :

    Les berges sont dégagées mais lorsque la retenue se vide, c'est un paysage lunaire constitué de bases de troncs.
    Direction Zonza pour grimper dans les aiguilles de Bavella. Camping La Rivière (le seul ouvert) avec un couple de gérants bien sympathiques.

    C'est un granit bien particulier sur plusieurs secteurs à 20mn de marche du col à 1218 mètres d'altitude.
    En haut d'une voie, en direction du NE, le littoral de Solenzara, 15 kilomètres à vol d'oiseau, 40 kilomètres d'une route sinueuse :

    Les risques de la grimpe, c'est de se casser une patte :

    L'escalade à Bavella est ambivalente : le granit est rugueux et les taffoni constituent de belles prises. ici, un qui est allé jusqu'au bout de sa genèse :

    Mais aussi le risque de croiser sur la paroi, sur une prise à un moment crucial, une procession de chenilles telle que celle-ci.
    Ici, un cocon dans un pin au-dessus de la paroi :

    Le retour, baie d'Ajaccio :

    Nouveau pliage du camp vendredi 22 avril et traversée du massif par Aullène et le col de St-Eustache pour rejoindre la N196.
    Pas de problème pour se diriger, les panneaux indicateurs sont toujours lisibles :

    Sur la route, j'ai même vu un panneau "chasse interdite" dans le cimetière du village, c'est dire !

    La dernière carte :

    Ciel encore bleu après le seul épisode de pluie durant la nuit, le vent est orienté SO autour des 15 noeuds sur la plage de Porticcio.
    Trop confiant ou pas assez téméraire, je grée la 12m² :

    Au final, après quelques bords d'essai, je repars en 15m² et grande planche entre la pointe et la tour :

    Rien de très enivrant mais avec ce ciel bouché et une dernière session avant de prendre le bateau, cela ne se refuse pas :

    Les deux autres spots sont envisageables plutôt par vent d'ouest, celui de Porticcio est légèrement déventé par SO. L'aéroport est plutôt actif et le bateau-navette fonctionne.
    Ceci présente deux éléments à prendre en considération pour toute navigation dans le golfe.

    En conclusion, superbe et confortable séjour, 20° en moyenne, température de l'eau frisquette mais je n'ai pas eu besoin de chaussons.
    En cette saison, beaucoup de possibilité de kite, peu de monde sur les routes mais il faut chercher les campings. C'est la bonne saison pour la rando-vélo.
    Le vent est évidemment plus présent dans les Bouches de Bonifacio mais il n'est pas rare de trouver quand même quelque chose dans les golfes.
    En rapport avec mes conditions, je n'ai hélas pas eu l'occasion de beaucoup sortir le surf. Et je n'ai pas eu de vent d'est.
    1700 kilomètres dont 940 AR pour rallier Toulon.


    Et je termine par cette généralité, de l'homme corse, à l'image de cette statue de Filitosa : rugueux, chauve, peu causant, pas toujours très accueillant mais forçant le respect.
    La saison commence tout juste et l'on a l'impression d'arriver trop tôt et d'embêter son monde. C'est dommage, comme l'est la question épineuse des déchets.
    Les gars du département fauchent tout propre les bords de routes et tondent en même temps les déchets !
    Et le commerçant qui ne sait pas quand son voisin de boulanger va ouvrir ! Mais avec l'accent, c'est pas grave.
    Quoiqu'il en soit, c'est un superbe pays. A refaire.
    Avec un retour sous la pluie depuis le col de Lus et la neige au-dessus de chez nous, les souvenirs réchauffent bien.

    Merci à Alexis pour quelques tuyaux et le prêt de la documentation.

    Pace è salute !

    Sources :
    Le Routard Corse édition 2016
    http://www.corsicaholidays.fr/a-carte-d ... se-du-sud/ (pour les windsurfers à l'origine malgré les apparences)
    http://www.kitetrip-planner.com/fr/le-b ... corse.html
    http://kaf.forum.free.fr/viewtopic.php?t=8181
    http://sigolive.blogspot.ch/2009/07/lile-de-beaute.html



  • Salute,

    Compte-rendu du voyage annuel dans une île méditerranéenne, pour profiter des plages et de la montagne en ce début de saison touristique.
    Donc un départ le samedi 9 avril à 23 heures par Corsica Ferries depuis Toulon.

    Arrivée le lendemain à 8 heures dans le port d'Ajaccio, dans lequel l'Abeille Flandre vient butiner à côté d'un des bateaux de l'ex-SNCM :

    Notre périple concerne le triangle sud de la Corse, à savoir Ajaccio - Propriano - Bonifacio - Porto Vecchio puis retour par les montagnes.
    Sur les extraits de carte sont indiqués en "O" les sites kités et avec une "X" les spots kitables.

    Propriano, golfe de Valinco :

    Les campings du coin étant majoritairement fermés, nous tombons par hasard sur le Ras L'Bol (http://www.camping-hotel-propriano.com), dans le hameau d'Arbatello, au nord du golfe.
    Super camping avec un prix doux de début de saison.

    Voici le plan de situation :

    Il suffit de traverser la route (peu fréquentée à cette époque) pour tomber sur la plage de Tenutella :

    Belle session le dimanche après-midi, plus de 10 noeuds en vent de SO (Libecciu ?), donc On-shore.
    En Speed 15, je vais tracer toute la baie et aller notamment vers la plage de Tavaro où je distingue 2 à 3 voiles.
    Elles se trouvent au-dessus du plus gros rocher de gauche, il y a notamment un bâtiment abandonné et un autre qui est celui du camping Cyrnos.
    Dans l'axe de la petite plaine, le vent se renforce particulièrement bien. :

    Comme la plage est longue mais entrecoupée par la rivière Tavaro, le spot, moins accessible pour les baigneurs, doit être ouvert l'été.
    Reste ensuite la question épineuse des places de parking. Après cette plage, c'est le village de Porto Pollo.

    Extrémité de la plage et vue en direction de la côte sud du golfe :

    Le lendemain, nous partons visiter le site de Filitosa puis à la découverte de la plage de la Cupabia, isolée dans une superbe anse. Hélas pas assez de vent pour en profiter.

    Le surlendemain, direction Campomoro, une baie qui ferme le golfe par une superbe tour gênoise, lieu de départ de balades le long du littoral :

    Le vent est bien présent à la pointe mais il ne rentre pas bien dans la baie. Quand au site de Capo Laurosu, il faut un vent plus franchement ouest et suffisamment fort pour s'éloigner de l'aérodrome.
    Enfin, le spot le plus proche de Propiano est pas mal mais il bénéficie d'un relativement fort shore-break. Comme à Tenutella, la plage plonge rapidement dans l'eau.

    Bonifacio, de part et d'autre :

    La carte :

    Dès que la N196 en finit de descendre du nord vers le sud, l'effet des Bouches de Bonifacio est saisissant : végétation rase et vent plus présent.
    Mercredi 13 avril, tous les campings sont fermés, notamment du côté de Spérone. Je vais quand même jeter un oeil à la plage de Piantarella :

    Par ce fort vent rentrant sud-ouest, la petite plage est off et le vent n'est pas assez régulier pour tenter quoi que ce soit, même si l'île Piana peut rassurer.
    Demi-tour pour planter la tente à l'entrée de Bonifacio, au camping Araguina, à deux pas du port pour découvrir ce joyau de ville :

    La visite attendra, direction la plage de la Tonnara, dans le golfe de Ventilegne, où j'avais vu des kiteurs s'équiper en bord de route à l'aller.
    La plage à l'aplomb de la voile, vue depuis un point surplombant qui nous sépare de la baie de Stagnolu :

    Vent d'ouest de plus de 15 noeuds, je pars légèrement sous-toilé en 9m². Cela le fait bien en traçant plutôt du coté du large.
    Les vagues creusent bien dans l'entrée du golfe et la plage constitue une belle zone de flat.
    Mais en période d'affluence, il faut tirer un seul bord de sortie. Le vent tombe légèrement vers 17 heures, il faut rentrer d'autant plus que je suis le dernier :

    Le lendemain, visite de la vieille ville, du cimetière marin et de la zone militaire, soit l'extrémité de l'éperon.
    Navette sarde qui relie Bonifacio à Santa Teresa Gallura :

    Pointe du Timon, belle mer, vent modéré avec quelques moutons :

    Après la visite, retour à Tonnara mais avec un ciel plus bleu et un vent plus fort que la veille :

    Une deuxième pour apprécier les tons de bleu :

    Cette fois-ci, je vais descendre au plus bas du golfe, à côté de la N196 où se trouve une belle zone de flat.
    C'est aussi une zone pour les débutants ou les freestyleurs, on a presque pied, tout au fond à droite sur la photo :

    Le lendemain, pas de vent annoncé, nous partons à la découverte de l'autre golfe, celui de Sant'Amanza :

    Les petites plages le long de la D58 sont de toute beauté, jusqu'au terminus :

    Avec un vent présent mais faible qui vient dans mon dos (SSO), je préfère tenter depuis la plage de Maora depuis le fond du golfe.
    Je vais pouvoir tirer quelques bords mais pas assez remontants pour espérer chercher le vent plus en avant.
    Au final, j'abandonne pour louer un canoë pour partir à la découverte du bras de mer qui recueille un cimetière de bateaux.
    D'après le gérant du club de location, l'été, le fond du golfe est rempli de voiliers.
    Enfin, par vent d'est, les plages de Balistra et de la Rondinara sont de très bons petits spots mais il vaut mieux un vent constant et ne pas trop s'aventurer au large à cause d'un fort courant.

    Golfe de Pinarellu :

    La carte :

    Camping Arutoli (le seul ouvert), sur la rocade de Porto Vecchio, très calme et boisé (chêne-liège).
    Au nord de Porto Vecchio, une des plus belles plages de Corse, très accessible :

    Hélas, pas de vent d'est et le vent de SO est trop faible pour tenter quoi que ce soit. Nous partons donc grimper près du village de Conca, à Punta Calcina.
    A 371 mètres d'altitude, vue sur le golfe et son île qui porte la tour de guet visible sur la précédente photo :

    Sur la route d'accès, je m'interroge : action kamikaze pour faire exploser la citerne de secours incendie ou barrière à brebis ?

    Golfe de Porto Vecchio :

    La carte :

    Une vue plus parlante, depuis la route de l'Ospedale, Porto Vecchio à droite, Stagnolu (une autre) à gauche :

    Dimanche 17 avril, temps couvert le matin et vent de sud bien présent sur le site mégalithique d'Arragiu.
    Il est temps de descendre découvrir une autre des plus belles plages de Corse, à savoir Palombaggia, celle-là où l'été, il faut prévoir de poser sa serviette sur la tranche, dixit le Routard.

    La session avait pourtant commencé cahin-caha, avec un vent de sud rafaleux, de 8 à 15 noeuds. Je grée donc la 15m² mais sans marge de sécurité :

    Le vent forcissant avec le retour du grand bleu, je prends la 12m² et bien trimée en plus :

    Vue sur les îles Cerbicale, je vais faire un triangle de navigation entre la plage, l'île la plus au sud et le Capu d'Accajiu derrière lequel ça dévente un peu :

    La montagne :

    Sur la superbe route de l'Ospedale, à plus de 1000 mètres, l'envie m'a pris un moment de sortir la voile sur cette retenue artificielle qui disparaît l'été :

    Les berges sont dégagées mais lorsque la retenue se vide, c'est un paysage lunaire constitué de bases de troncs.
    Direction Zonza pour grimper dans les aiguilles de Bavella. Camping La Rivière (le seul ouvert) avec un couple de gérants bien sympathiques.

    C'est un granit bien particulier sur plusieurs secteurs à 20mn de marche du col à 1218 mètres d'altitude.
    En haut d'une voie, en direction du NE, le littoral de Solenzara, 15 kilomètres à vol d'oiseau, 40 kilomètres d'une route sinueuse :

    Les risques de la grimpe, c'est de se casser une patte :

    L'escalade à Bavella est ambivalente : le granit est rugueux et les taffoni constituent de belles prises. ici, un qui est allé jusqu'au bout de sa genèse :

    Mais aussi le risque de croiser sur la paroi, sur une prise à un moment crucial, une procession de chenilles telle que celle-ci.
    Ici, un cocon dans un pin au-dessus de la paroi :

    Le retour, baie d'Ajaccio :

    Nouveau pliage du camp vendredi 22 avril et traversée du massif par Aullène et le col de St-Eustache pour rejoindre la N196.
    Pas de problème pour se diriger, les panneaux indicateurs sont toujours lisibles :

    Sur la route, j'ai même vu un panneau "chasse interdite" dans le cimetière du village, c'est dire !

    La dernière carte :

    Ciel encore bleu après le seul épisode de pluie durant la nuit, le vent est orienté SO autour des 15 noeuds sur la plage de Porticcio.
    Trop confiant ou pas assez téméraire, je grée la 12m² :

    Au final, après quelques bords d'essai, je repars en 15m² et grande planche entre la pointe et la tour :

    Rien de très enivrant mais avec ce ciel bouché et une dernière session avant de prendre le bateau, cela ne se refuse pas :

    Les deux autres spots sont envisageables plutôt par vent d'ouest, celui de Porticcio est légèrement déventé par SO. L'aéroport est plutôt actif et le bateau-navette fonctionne.
    Ceci présente deux éléments à prendre en considération pour toute navigation dans le golfe.

    En conclusion, superbe et confortable séjour, 20° en moyenne, température de l'eau frisquette mais je n'ai pas eu besoin de chaussons.
    En cette saison, beaucoup de possibilité de kite, peu de monde sur les routes mais il faut chercher les campings. C'est la bonne saison pour la rando-vélo.
    Le vent est évidemment plus présent dans les Bouches de Bonifacio mais il n'est pas rare de trouver quand même quelque chose dans les golfes.
    En rapport avec mes conditions, je n'ai hélas pas eu l'occasion de beaucoup sortir le surf. Et je n'ai pas eu de vent d'est.
    1700 kilomètres dont 940 AR pour rallier Toulon.


    Et je termine par cette généralité, de l'homme corse, à l'image de cette statue de Filitosa : rugueux, chauve, peu causant, pas toujours très accueillant mais forçant le respect.
    La saison commence tout juste et l'on a l'impression d'arriver trop tôt et d'embêter son monde. C'est dommage, comme l'est la question épineuse des déchets.
    Les gars du département fauchent tout propre les bords de routes et tondent en même temps les déchets !
    Et le commerçant qui ne sait pas quand son voisin de boulanger va ouvrir ! Mais avec l'accent, c'est pas grave.
    Quoiqu'il en soit, c'est un superbe pays. A refaire.
    Avec un retour sous la pluie depuis le col de Lus et la neige au-dessus de chez nous, les souvenirs réchauffent bien.

    Merci à Alexis pour quelques tuyaux et le prêt de la documentation.

    Pace è salute !

    Sources :
    Le Routard Corse édition 2016
    http://www.corsicaholidays.fr/a-carte-d ... se-du-sud/ (pour les windsurfers à l'origine malgré les apparences)
    http://www.kitetrip-planner.com/fr/le-b ... corse.html
    http://kaf.forum.free.fr/viewtopic.php?t=8181
    http://sigolive.blogspot.ch/2009/07/lile-de-beaute.html



  • ton cr en 2A...vraiment sympa de partager toutes ces infos...ça donne envie. Bon vent


  • Modérateurs Onekite FFVL

    Superbe CR

    Merci pour le partage de toutes ces infos


Se connecter pour répondre
 


Adhésion Club annuelle (sans FFVL = 18€)
Propulsé par HelloAsso

chargement-monteynard-webcam
Monteynard plage Nord - Click for Live